L’ail des ours

L’ail des ours

L’ail des ours

Ail des ours

Nom botanique : allium ursinum, surnommé aussi « ail pétiolé » ou « ail à feuilles larges » est une variété d’ail qui pousse à l’état sauvage.

Cette plante se présente sous forme de hautes tiges à fleurs blanches qui pousse principalement dans les sous-bois. Aucun doute possible pour la reconnaitre : outre ses larges feuilles d’un vert éclatant surplombé de bouquets de fleurs blanches, l’ail des ours se montre en colonie dans les forêts humides du printemps. De plus il suffit de froisser les feuilles de l’ail des ours pour en reconnaitre l’odeur bien particulière.

Utilisé depuis des décennies aussi bien en cuisine que pour leurs qualités médicinales, l’ail des ours (tout comme l’ail commun) possèdent approximativement les mêmes vertus. Nos ancêtres lui donnaient la symbolique de la puissance et de la fécondité. On disait que l’ours, sortant de sa tanière au printemps, consommait l’ail pour profiter pleinement de la saison féconde. Les ouvriers travaillant à la constriction des pyramides Égypte en consommaient chaque jour : Manger régulièrement de l’ail rendrait fort et favoriserait la fertilité masculine!

Tout se consomme dans l’ail des ours, même les feuilles et les boutons des fleurs ! Par contre, attention à la cueillette, il ne faut surtout pas confondre l’ail des ours avec le muguet et la colchique, dont les feuilles sont pratiquement identiques, mais qui sont toutes deux un véritable poison pour la santé. L’odeur très particulière de l’ail fera la distinction.

Mises en garde

L’ail pris en quantité importante peut provoquer des troubles gastriques (flatulences, brûlures d’estomac). Les personnes souffrant d’hypoglycémie ne doivent pas consommer d’ail de manière régulière.

Comment consommer l’ail des ours ?

L’ail des ours pousse de mi avril à mi mai, selon les régions. Il peut se consommer aussi bien cru que cuit ! Pour ma part je cueille de belles grandes feuilles, et je récolte également des pousses des jeunes fleurs, un peu plus tard dans la saison.

Crues, j’utilise les feuilles hachées très finement dans les salades, les crudités, les sauces et l’omelette.  Dans les plats cuits : Je rajoute quelques feuilles à la fin de la cuisson des plats. Je vous livre ici ma recette de macérat d’ail des ours.

Continuez votre lecture, retrouvez toutes les vertus de l’huile essentielle d’ail, et retrouvez de nombreuses recettes à base d’ail des ours dans mon livre Plantes de montagne, paru aux éditions Ouest France.

plantes de montagne

 

 

3 réactions au sujet de « L’ail des ours »

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.