Catégorie : A savoir

Cette catégorie vous aide à tout savoir sur les huiles essentielles et leur utilisation. Qu’est-ce que l’aromathérapie, quels sont les bienfaits des huiles essentielles, et comment les utiliser. Les limites et précautions d’emploi, les huiles essentielles dangereuses à éviter.
Retrouvez également toutes les huiles essentielles classées par ordre alphabétique, avec leurs vertus, bienfaits et les mises en garde spécifiques pour chacune d’elles. Comment choisir et reconnaitre une huile essentielle de bonne qualité, comment sont-elles extraites, où les acheter.

Une huile essentielle bio c’est quoi ?

Une huile essentielle bio c’est quoi ?

Comment reconnaître une huile essentielle bio ?

huiles essentielles bio

Le marché des huiles essentielles va bon train, et il devient de plus en plus difficile de faire confiance aux vendeurs, surtout sur internet. Toutefois, il existe des éléments pour reconnaître si une huile essentielle est issue de l’agriculture biologique ou non.

La certification BIO est l’engagement de la marque sur la qualité et la traçabilité de ses produits. Cette qualité se doit d’être mentionnée sur l’étiquette de chacun des flacons d’huile essentielle. En effet, chaque flacon d’huile essentielle se doit d’être identifié par un numéro spécifique qui permet de retrouver sa provenance exacte. Les bienfaits et vertus des huiles essentielles se déterminent en premier lieu par leur qualité, et cette qualité est la somme de plusieurs facteurs de transformation déterminants. L’étiquetage est donc fondamental.

1- La garantie de la reconnaissance botanique de la plante

Il s’agit ici d’indiquer clairement le nom latin de la plante, ce qui permet à son utilisateur de reconnaître sa variété exacte. Exemple : les espèces de lavandes, lavande aspic, lavande vraie, le romarin à cinéole, le romarin à verbénone, l’eucalyptus globulus, l’eucalyptus radiata, etc…

2- La partie de la plante utilisée pour la fabrication de l’huile essentielle

Prenons l’exemple de l’oranger. Tout comme le fruit, ses feuilles ou ses fleurs, chaque partie va ici produire une huile essentielle totalement différente, elles n’auront pas forcément les mêmes propriétés et donc bien entendu, pas la même utilité.

3- Le mode de culture de la plante

Il s’agit là de savoir s’il s’agit d’une culture biologique ou non, s’il s’agit d’une plante sauvage issue de la cueillette, ou s’il s’agit d’un mode de culture conventionnel. Ces éléments sont des critères importants pour juger de la qualité d’une huile essentielle lors de l’achat.

4- Le « chémotype » de la plante

Ou le type biochimique de la plante. C’est un indicateur important qui mentionne le principal composant biochimique de l’huile essentielle.  Il s’agit d’un un critère important dans le choix d’une huile essentielle, le chémotype distingue en effet les huiles essentielles extraites d’une plante d’une même variété botanique, mais dont la composition biochimique diffère.

Le chémotype se fait à travers une analyse chromatographique et spectrométrique, qui permet d’identifier les molécules. Cette classification est indispensable, elle permet une utilisation des huiles essentielles plus précise et plus efficace.

Exemple : le romarin à chémotype « cinéole » est celui qui soigne les troubles ORL, le romarin à chémotype « camphre », est celui qui soigne les troubles musculaires et articulaires, le romarin à chémotype « verbénone » est pour sa part un stimulant du foie et de la vésicule.

5- Le certificateur de la garantie bio

En France, et en Europe, l’organisme certificateur de la garantie bio doit coller à la norme « EN 45011 » qui garantit la qualité des produits. Le nom du certificateur doit être lisible sur l’étiquette d’un produit biologique certifié.  A savoir que seuls les organisme habilités ont la possibilité de donner la certification qu’une huile essentielle est garantie biologique.

6- Les certificateurs

Ecocert est le plus courant, c’est un organisme de contrôle indépendant. Il est le plus important en France, et contrôle environ 80% des distillateurs bio. Il existe également d’autres certificateurs comme Certpaq, Qualité France, Ulase, Agrocert, et Aclave. Ces organismes sont là pour contrôler la conformité de la production et de l’importation.
Ces organismes sont agréés par les pouvoirs publics (Ministère de l’Agriculture), qui détient d’ailleurs le logo AB (réservé aux huiles essentielles à usage alimentaire).

A noter que certaines huiles essentielles, même si elles sont issues de l’Agriculture Biologique, mais jugées non utilisables en usage alimentaire, ne sont pas certifiables avec le label AB.

7- Les autres appellations

Attention, ces appellations ne signifient pas qu’une huile essentielle est biologique.

100% pures : Ce sont des huiles essentielles qui ne sont pas diluées avec d’autres composants ou d’autres huiles essentielles.
100% naturelles : Ce sont des huiles essentielles qui ne sont pas dénaturées par des produits de synthèse ou autres molécules chimiques.
100% intégrales : De sont des huiles essentielles qui n’ont subi aucun traitement pouvant dénaturer leurs bienfaits.

8- La dénomination HEBBD

Cette dénomination signifie : Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie.
Ce label signifie que les huiles essentielles ont été définies et d’une sur le plan botanique (l’organe producteur de la plante, la dénomination botanique latine, le chémotype et le pays d’origine) ; et sur le plan chimique (une chromatographie se doit d’être réalisée pour chaque lot d’huile essentielle mis en vente).

En résumé, une huile essentielle bio doit être issue d’une culture biologique sans engrais chimique et exempte de toute pollution. Elle doit également être certifiée par un organisme certificateur, et se doit d’avoir une traçabilité totale depuis la naissance de la plante jusqu’à la mise en flacon de son huile essentielle.

Lire aussi…

Comment reconnaître une huile de qualité ?

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Les modes d’administration

Les précautions d’emploi

Acheter des huiles essentielles bio ?

Je vous recommande mes fournisseurs sur ma page acheter des huiles essentielles.

 

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles doivent être maniées avec grande prudence. Ce sont des concentrés actifs très puissants qui peuvent s’avérer irritants, voire nocifs pour la santé, selon l’utilisation que l’on en fait.

Les différents modes d'administration des huiles essentielles - 600 x 480

Les différentes manières d’utiliser les huiles essentielles

Il existe trois principaux modes d’utilisation des huiles essentielles. Ceux-ci varient bien entendu selon les huiles essentielles.

Par voie orale (ingestion)

Les huiles essentielles n’étant pas solubles dans l’eau, il faut les diluer dans une base soluble et non aqueuse avant de les ingérer afin d’éviter toute brûlure avec les muqueuses ou en interne. L’huile végétale, par exemple est idéale. On peut également employer le miel, le sucre, un morceau de pain, ou encore un cachet neutre.

Par la peau (en massages)

Il est déconseiller d’appliquer une huile essentielle directement sur la peau. En règle générale, il est recommandé de les diluer dans une base huileuse (huile végétale, beurre végétal) avant d’effectuer un massage sur le corps (% de dilution entre 2 et 5%, soit 2 à 5 gouttes d’huile essentielle pour 10ml de base huileuse). Le massage est efficace, il permettre au principe actif de la plante d’atteindre le sang par le biais de la peau. Lire aussi : L’aroathérapie, des doses à respecter.

En diffusion dans l’atmosphère

Cette méthode permet de diffuser les principes actifs des huiles essentielles dans les pièces de la maison grâce à un diffuseur qui, selon le modèle, suspend des micro-gouttelettes dans l’air. Attention : Il est fortement déconseillé d’utiliser un diffuseur chauffant à plus de 35°, car la chaleur rend les huiles essentielles inefficaces.

Attention : ne pas diffuser les huiles essentielles aux composés chimiques riches des phénols (thymol, eugénol, carvocrol) et des cétones (verbénone, thujone, menthone , camphre), surtout en présence d’enfants. Exemple (liste non exhaustive) la cannelle de Ceylan, le cèdre de l’Atlas, le clou de girofle, le carvi, le thym à thymol, l’eucalyptus mentholé, la sauge officinale, le thuya, l’armoise, la menthe poivrée, l’estragon, la gaulthérie couchée, le romarin à verbénone, le romarin à camphre, le myrrhe, le vétiver, l’helichryse italienne, la lavande stoechade, l’hysope officinale.

Les HE à ne pas diffuser 600 x 480

Lire cet article pour savoir comment choisir son diffuseur d’huiles essentielles.

Lire aussi…

Les précautions d’emploi des huiles essentielles

Comment utiliser les huiles essentielles, une vidéo de Julien du laboratoire Pranarôm.

Vidéo : comment fabriquer un baume ?

Vidéo : comment fabriquer un baume ?

Le baume est un onguent semi-solide très simple d’utilisation en massages. Il est composé d’huile(s) végétale(s), de cire d’abeille, parfois de beurre végétal et d’huiles essentielles. La base « huile végétale » cire d’abeille et beurre végétal est une bonne synergie pour la création d’un baume. On adapte ensuite les huiles essentielles, choisies selon l’effet médicinal désiré.

Cette recette concerne en particulier la création d’un baume pour soulager les jambes lourdes.

Lire aussi…

Continuez votre lecture, consultez le chapitre Femmes, grossesse et enfants, et l’index de mes recettes cosmétiques.

Acheter des produits ?

Si vous souhaitez acheter des huiles essentielles ou huiles végétales de qualité, si vous cherchez des accessoires de fabrication ou des bases neutres, rendez-vous sur ma page acheter des huiles essentielles.

Les huiles essentielles de A à Z

Les huiles essentielles de A à Z

Les huiles essentielles de A à Z, leurs vertus, bienfaits et propriétés et des conseils d’utilisation pour le bien être quotidien.

huiles essentielles

Consultez aussi le chapitre Les huiles essentielles en bref, ou encore les précautions d’emploi des huiles essentielles. Vous pouvez consulter aussi l’index des huiles essentielles utiles en fonction des maux du quotidien.

AIL
ACHILLEE MILLEFEUILLE
AMANDE AMERE (usage professionnel uniquement)
AMYRIS
ANETH
ANGELIQUE (RACINE)
ANJOWAN
ARBRE A THE (ou TEA TREE)
BADIANE
BAIE ROSE
BASILIC A LINALOL
BASILIC TROPICAL
BAUME DE TOLU (ou absolue)
BAUME DU PEROU (Absolue et huile essentielle)
BAY SAINT-THOMAS
BENJOIN (Absolue)
BERGAMOTE
BOIS DE HÔ
BOIS DE ROSE
BOIS DE SIAM
BOULEAU (usage professionnel uniquement)
CADE
CAJEPUT
CAMOMILLE ALLEMANDE
CAMOMILLE ROMAINE
CANNELLE
CARDAMONE
CAROTTE
CARVI
CATAIRE CITRONNEE
CEDRAT ZESTE
CEDRE DE L’ATLAS
CEDRE DE VIRGINIE
CELERI
CISTE
CITRON
CITRON VERT (LIME)
CITRONNELLE de JAVA ou de CEYLAN
COMBAVA
COPAÏBA
CORIANDRE
CRISTE MARINE
CRYPTOMERIA
CUMIN
CURCUMA
CYPRES COMMUN
ELEMI (usage professionnel uniquement)
ENCENS (OLIBAN)
EPICEA
EPINETTE BLEUE
EPINETTE NOIRE
ESTRAGON (usage professionnel uniquement)
EUCALYPTUS A BRACTEES (usage professionnel uniquement)
EUCALYPTUS CITRONNEE
EUCALYPTUS GLOBULUS
EUCALYPTUS MENTHOLEE (usage professionnel uniquement)
EUCALYPTUS RADIATA
FENOUIL
FRAGONIA
GAULTHERIE COUCHEE (ou WINTERGREEN) (usage professionnel uniquement)
GENEVRIER COMMUN
GENIEVRE
GERANIUM ROSAT
GINGEMBRE SAUVAGE
GIROFLE
HELICHRYSE DE MADAGASCAR
HELICHRYSE ITALIENNE (ou IMMORTELLE)
HYSOPE COUCHEE (usage professionnel uniquement)
IMMORTELLE
INULE ODORANTE
JASMIN
KATRAFAY
KHELLA
LAURIER NOBLE
LAVANDE ASPIC
LAVANDE OFFICINALE
LAVANDIN
LEDON DU GROENLAND
LEMON-GRASS
LIME (CITRON VERT)
LIVRECHE
MANDARINE
MANUKA
MARJOLAINE
MELISSE
MENTHE CITRONNEE ou MENTHE BERGAMOTE
MENTHE VERTE
MENTHE POIVREE
MILLEPERTUIS
MONARDE FISTULAIRE
MUSCADE
MYRRHE
MYRTE ROUGE
MYRTE VERTE A CINEOLE
NARD DE L’HIMALAYA
NIAOULI
NEROLI (ou FLEURS D’ORANGER, ORANGE AMERE , BIGARDIER)
ORANGE AMERE
ORANGE DOUCE
ORIGAN COMPACT (usage professionnel uniquement)
PALO SANTO
PALMAROSA
PAMPLEMOUSSE
PATCHOULI
PERSIL SIMPLE
PETIT GRAIN
PETIT-GRAIN CITRON
PIN DE PATAGONIE
PIN SYLVESTRE
POIVRE NOIR
PRUCHE
RAVENSARE AROMATICA (ou RAVENSARA AROMATIQUE)
RAVINTSARA (Madagascar)
ROMARIN A CAMPHRE
ROMARIN CINEOLE
ROMARIN VERBENONE
ROSE DE DAMAS
SANTAL
SAPIN DE SIBERIE
SARO
SARRIETTE VIVACE (usage professionnel uniquement)
SAUGE SCLAREE
TANAISIE ANNUELLE
TEA-TREE
THE DU LABRADOR (Lédon du Groenland)
THYM VULGAIRE à linalol sauvage
THYM A THUJANOL
TYYM A THYMOL
VALERIANE DES INDES
VERVEINE CITRONNEE (usage professionnel uniquement)
VERVEINE EXOTIQUE (ou listée citronnée)
VETIVER
VIOLETTE ODORANTE
YLANG-YLANG
YUZU (Japon)

Continuez votre lecture, lisez cet article : Les huiles essentielles de Madagascar, petits trésors aux grands pouvoirs.

Acheter des huiles essentielles

Pour acheter des huiles essentielles de qualité, rendez vous sur ma page Acheter des huiles essentielles.

 huiles essentielles

Comment reconnaitre une huile essentielle de qualité

Comment reconnaitre une huile essentielle de qualité

alambic huile essentielleAujourd’hui, l’aromathérapie a le vent en poupe. Magasins spécialisés, pharmacies et Internet, les huiles essentielles de toutes marques sont proposées en abondance sur le marché de l’aromathérapie. Au milieu de tout cela, vous êtes un peu perdu, n’est-ce pas ?

Comment savoir si une huile essentielle est de bonne qualité ?

Ce qu’il faut savoir

Une huile essentielle (ou parfois nommée aussi « essence végétale ») est le liquide concentré et hydrophobe des composés aromatiques volatils d’une plante. Ce liquide est obtenu par distillation ou extraction chimique par solvants (eau, alcool, etc.). Contrairement à ce que suppose la dénomination « huile essentielle », ces extraits ne sont pas forcément huileux.

Selon le problème à traiter (pathologies physiques ou psychologiques), les huiles essentielles s’utilisent de différentes manières : en usage interne, en diffusion, en inhalation, en massage ou pour le bain. Dans tous les cas, il faut se conformer à l’avis d’un thérapeute.

Pour faire le bon choix, il existe des éléments importants pour s’assurer de la qualité d’une huile essentielle.

L’étiquetage du flacon

Il doit comporter :

–          le nom vernaculaire (ex : Ylang Ylang) de la plante et son nom scientifique (ex: Cananga odorata),

–          la composition et l’origine,

–          les conseils d’utilisation : propriétés (apaisante, relaxante, …), usage (stress, insomnie, …) et recommandations (diffusion, bain, massage),

–          le nom des solvants,

–          la quantité nette (10ml)

–          la durée de conservation,

–          le nom et l’adresse du fournisseur.

Les appellations

– Une huile essentielle « 100% naturelle » signifie qu’elle n’a pas été tronquée avec des molécules de synthèse ou autres agents émulsifiants.

– Une huile essentielle mentionnée « 100% pure » quant à elle est un produit qui n’a été ni diluée ni coupée avec d’autres huiles essentielles.

– Les huiles essentielles les plus appréciées restent indéniablement celles dont le flacon porte la mention « Bio certifiées ECOCERT ». Cette appellation garantit que le processus de fabrication biologique du produit a été respecté, d’amont en aval. Lire aussi : une huile essentielle bio, c’est quoi ?

Où acheter des huiles essentielles ?

Si vous cherchez à acheter des huiles essentielles de qualité, rendez vous sur la page Acheter des huiles essentielles.

Lire aussi…

Retrouvez aussi les précautions d’emploi des huiles essentielles, et les bienfaits de l’aromathérapie.

Comment les huiles essentielles sont-elles extraites?

Comment les huiles essentielles sont-elles extraites?

Il existe plusieurs méthodes d’extraction des huiles essentielles.

les huiles essentiellesLe procédé le plus courant est la distillation à la vapeur d’eau. Trois grandes cuves sont liées entre elles par des petits tubes. La première cuve reçoit de l’eau et la seconde les végétaux. L’eau, chauffée, permet à la vapeur de passer dans la cuve percée contenant les plantes. La vapeur circule à travers les végétaux et se charge de ses principes actifs. Ensuite, la vapeur s’échappe par un tuyau (en forme de serpentin) pour baigner ensuite dans un récipient d’eau froide. La vapeur, ainsi refroidie, se condense en gouttelettes et arrive dans la troisième cuve : on appelle cette cuve « l’essencier ». L’huile essentielle étant plus légère que l’eau, il suffit de récupérer la substance en surface. Ce mode de distillation permet d’obtenir deux substance :  L’huile essentielle et l’hydrolat (ou eau florale). L’eau restant en dessous, par simple différence de densité, sera alors utilisée pour en faire des eaux florales.

La pression mécanique à froid

C’est la méthode utilisée pour prélever l’essence des zestes d’agrumes. On presse et on récolte la substance aromatique du zeste. On l’appelle essence. C’est la méthode d’extraction la plus simple.

La technique de l’enfleurage

C’est une méthode qui ne s’utilise pratiquement plus, à cause du coût élevé et du rendement minime qu’elle procure. Avec cette méthode, les fleurs sont placées sur un corps gras purifié, en attendant que les arômes pénètrent le corps gras. Une fois l’arôme des fleurs extrait, on les retire et on remet des fleurs fraîches, jusqu’à saturation du corps gras. On obtient une pommade qu’il suffit de nettoyer, et on y ajoute de l’alcool. Après 24 heures, le corps gras et les huiles essentielles sont séparés et il ne reste qu’à en recueillir l’huile essentielle.

Lire aussi…

Comment reconnaître une huile essentielle de qualité ?

Le pouvoir des plantes

Le pouvoir des plantes

Huiles essentielles, huiles végétales, hydrolats de plantes, depuis des milliers d’années, l’homme et l’animal vivent en symbiose dans le monde végétal. Sans cette nature, notre terre serait un immense désert hostile. l’homme, pour sa survie (manger, se soigner et soigner les siens), apprit à cueillir et récolter les plantes dont il avait besoins. Cette connaissance des végétaux devint un savoir qui se transmit de génération en génération.

plantes ail des ours

Avant l’apprentissage de la science des métaux, l’homme se défendait de bâtons et de gourdins, d’arcs et de flèches. Il choisissait méticuleusement le bois de ses armes pour ses propriétés de dureté ou de flexibilité, d’épaisseur ou de légèreté. Il se servait aussi des végétaux pour empoisonner ses proies à distance, des plantes pour se procurer la joie et l’ivresse, ou pour s’octroyer des pouvoirs mystérieux et redoutables. Notre civilisation moderne et l’évolution des technologie repoussa peu à peu ce savoir ancestral, au profit des sciences dites exactes, des produits de synthèse, de la mécanique, de l’électronique et de la chimie.

En expérimentant des recettes anciennes que l’on attribuait jusqu’ici au monde des charlatans, des chercheurs en ont découvert certaines vertus. Ainsi nous constatons que certaines plantes transformeraient un anxieux en un battant sûr de lui ; qu’il existe des parfums naturels qui attisent le désir et l’amour ; que certaines racines rendraient sa vigueur sexuelle au vieillard ; etc… Ne dit-on pas souvent pour conjurer le mauvais sort qu’il faut « toucher du bois »?

Depuis la nuit des temps, à travers toutes les époques et civilisations, l’homme reconnait des vertus à des milliers de végétaux. Certaines plantes, en cataplasme, décoction, ou inhalation, guériraient miraculeusement (l’aloès, très en vogue en notre temps, la papaye, etc..) ; certaines plantes protègeraient contre les maladies et les agressions de l’environnement dans lequel nous vivons aujourd’hui (pollution, etc..).

Difficile tout de même de distinguer, entre ces centaines de milliers de végétaux qui nous entourent, ceux qui sont un simple décoration de la nature, les plantes porteuses de poisons, les plantes guérisseuses ou porteuses de messages (par exemple le trèfle à quatre feuilles, le bois qui conjurerait le mauvais sort, etc..). Si l’on étudie tout cela d’un peu plus près, on s’aperçoit très vite qu’aucune plante n’est anodine, nulle fleur innocente.

Si beaucoup de gens désirent sincèrement revenir à la nature, préfèrent manger et vivre sain, privilégient les produits naturels à tous les poisons chimiques, il leur est de plus en plus difficile de trouver des aliments non pollués par les engrais, les conservateurs et les pesticides. Alors, avant d’acheter, n’oublions pas que la plupart des légumes, des fruits et des plantes médicinales proposés dans le commerce proviennent de cultures industrielles, et ont perdu la plus grande partie de leurs qualités.

Les limites de l’aromathérapie

Les limites de l’aromathérapie

Au-delà de l’émotion provoquée par son parfum souvent très fort, une huile essentielle agit différemment par voie interne. Elle peut agir de façon positive sur une partie du corps, mais engendrer des méfaits sur une autre. De plus, il faut prendre en considération un autre aspect: l’espèce de la plante. Il existe parfois des centaines de variétés d’un seul végétal, et, selon l’espèce, il n’agit pas de la même manière et n’est pas forcément adapté pour les mêmes maux.

Pourtant appelée médecine douce, l’aromathérapie est une médecine à utiliser avec grande prudence. Le thérapeute ou le médecin doit connaître les interactions moléculaires possibles entre les produits délivrés et une autre médication que prendrait éventuellement le patient. De même, le thérapeute doit justifier de compétences scientifiques dans ce domaine et connaître les conséquences de certaines molécules allergènes présentes dans une thérapie quelconque, en informer le patient et prendre les mesures qui s’imposent.

Exemple 1: 3 gouttes d’une certaine Huile essentielle diluée à 80% peuvent avoir de graves conséquences sur un patient souffrant de troubles cardio-vasculaires.
Exemple 2: Une huile essentielle de LAVANDE peut être dangereuse si elle est combinée avec une huile essentielle de BASILIC, dans un mélange contenant du GLYCOL (dispersant) même à faible dosage.

Consultez l’article sur « Les huiles essentielles interdites »

Consultez l’article sur « Les doses à respecter »

Les autres interdictions

L’automédication est proscrite, et notamment pour:

Les femmes enceintes et allaitantes.
Les enfants et les bébés
Les insuffisants rénaux et hépatiques.
Les personnes âgées.
Les personnes souffrant de pathologies lourdes et de longues durées.
Les personnes allergiques ou asthmatiques.

– Les injections d’huile essentielle par intraveineuse.

– L’application d’huile essentielle pure sur les muqueuses (génitale, anale, auriculaire, nasale, occulaire).

– Pour les tisanes, les gargarismes: éviter les Huiles essentielles et utiliser plutôt la phytothérapie et gemmothérapie.

– Pour la sphère olfactive: Evitez les huiles essentielles d’eucalyptus, de ravensare aromatique et toutes les Huiles essentielles comprenant la molécule de 1,8 cinéole (appelée aussi eucalyptole) celle-ci pouvant provoquer des rechutes allergiques chez les personnes souffrant de rhinite, sinusite, otite, otite séro-muqueuse.

Femmes enceintes

Les huiles essentielles ne doivent sous aucun prétexte être administrées aux femmes enceintes ou allaitant, aux enfants ou aux personnes âgées ou neurologiquement fragiles (épileptiques, trisomiques…), ni par voie orale ni en application locale.

Attention au soleil et aux enfants

Sachez également que certaines huiles (d’agrumes notamment) peuvent être photosensibilisantes. Ne pas s’exposer au soleil dans les 6 heures qui suivent une application ou une ingestion. A base de composés très volatiles, elles doivent être mis hors de portée des enfants.

Qualité des produits

Enfin, il est fondamental de veiller à la qualité des produits employés en aromathérapie. L’étiquetage doit comporter la dénomination « huile essentielle » complétée par la mention « 100% pure et naturelle », l’appellation botanique de la plante éventuellement complétée par son identité biochimique (le chémotype), la partie de la plante recueillie et enfin une date optimale d’utilisation. De préférence, vos huiles essentielles devront être issues de l’agriculture biologique pour vous éviter d’absorber des pesticides. Attention: ne pas confondre avec les produits de synthèse appelés « senteur »: ce sont des compositions synthétiques – et donc chimiques – de la plante. Parfum souvent plus fin et plus agréable, mais dépourvue des propriétés d’une huile essentielle.

Allergies possibles

Une grande attention doit toujours être portée aux patients présentant un terrain allergique connu. Un certain nombre de molécules potentiellement allergisantes peuvent être présentes dans les huiles essentielles : cinnamaldéhyde, cinnamate de benzyle, alcool cinnamique, citral, citronnellol, eugénol, isoeugénol, farnésol, géraniol, d-limonène, linalol, coumarine, alcool para-anisylique, alcool benzylique, benzoate de benzyle, salicylate de benzyle. Avant la première utilisation il est conseillé d’effectuer un test cutané pour tester la tolérance aux huiles essentielles : appliquer sur l’intérieur du poignet et observer la réaction au bout de quelques heures.

Des doses à respecter

Certaines huiles essentielles sont irritantes pour la peau et les muqueuses : tenir compte de la dermocausticité des phénols et des aldéhydes pour la peau et les muqueuses. Il est important de choisir les excipients adaptés et les concentrations adéquates.

Demander conseil à un spécialiste

Par voie orale, les huiles essentielles riches en phénols peuvent être hépatotoxiques. Il convient alors de choisir entre une administration prolongée de petites doses, et un traitement court avec des doses élevées. Le mieux est de demander conseil à un aromathérapeute.

Attention à l’huile essentielle de menthe
L’huile essentielle de Mentha piperita ne doit jamais être appliquée sur une zone cutanée étendue car elle peut provoquer une réaction glacée.

Des huiles essentielles dangereuses

Les huiles essentielles riches en monoterpènes peuvent être néphrotoxiques : Il faut pour cela éviter l’absorption par voie orale des huile essentielle :
– du genre Pinus
– du genre Abies
– du genre Juniperus
– de Santalum album.

Les huiles essentielles riches en cétones peuvent avoir un effet neurotoxique et abortif. A fortes doses, elles peuvent entraîner des intoxications: constituées d’une très grande variété de molécules chimiques naturelles (alcools, terpènes, phénols, cétones, aldéhydes, methyl-éthers, etc…), ces molécules sont différentes selon la nature de l’huile essentielle. Mélangées sans précautions dans des bases inappropriées ou avec des dosages non étudiés, elles constituent un danger réel pour le produit (toxicité lente ou rapide) et le patient (problèmes divers).

Attention aux pathologies chroniques

Un suivi médical est indispensable pour toutes pathologies de longue durée (les insuffisants rénaux, les insuffisants hépatiques, et pour les personnes âgées) car il convient de vérifier l’absence d’interactions entre les huiles essentielles et les traitements en cours.  Aussi, il n’est jamais question de remplacer les médicaments par des huiles essentielles. La prescription d’une posologie dans le domaines de l’aromathérapie dépend de la composition (ingrédients) du produit, du dosage (formule, quantités) d’huiles essentielles utilisées, de l’affection du patient, du taux d’allergène du produit si celui-ci n’est pas hypoallergénique, et de la prise de bêta-bloquants éventuelle par le patient.

Pour toutes ces raisons, l’automédication est dangereuse. Ne faites pas trop vite rimer naturel et inoffensif !

Que faire en cas d’accident

En cas d’ngestion accidentelle:
Faire ingérer de l’huile végétale (1 à 3 cuillères à soupe soit 30 g environ ) et, si possible, faire vomir. Ne jamais faire boire d’eau. Contacter le centre anti-poison le plus proche.

En cas de projection dans l’œil:
Essuyer l’œil en urgence avec un coton largement imbibé d’huile végétale pure. Si il n’y a pas d’amélioration, contacter le centre anti-poison le plus proche.

Centres anti-poison:
Paris 01 40 05 48 48
Lyon 04 72 11 69 11
Marseille 04 91 75 25 25

Qu’est-ce qu’une huile essentielle?

Qu’est-ce qu’une huile essentielle?

On appelle huile essentielle l’ensemble des molécules aromatiques volatiles obtenues par distillation à la vapeur d’eau ou par expression pour le cas des agrumes (genre Citrus). Il s’agit d’un extrait végétal très complexe (plusieurs centaines de molécules) obtenu par entraînement à la vapeur d’eau. Les huiles essentielles sont un concentré d’actifs végétaux aromatiques très puissant.

Contrairement au nom qui lui a été attribué, l’huile essentielle ne contient pas de corps gras comme l’huile végétale (huile de noix, de noyau d’abricot, d’argan, d’amande douce, etc..). Il s’agit de la sécrétion naturelle contenue dans les particules du végétal, (tige, écorce ou tout autre partie de la plante).

L’huile essentielle est obtenue par distillation de la plante. En fonction de l’huile souhaitée, tout ou partie de la plante est utilisée pour en extraite la substance. La composition des huiles essentielles est assez complexe. Elles sont composées de plusieurs centaines de composants, cependant on peut les regrouper en 11 familles de substances chimiques.

Les essences qui ont de nombreux composants en commun se mélangeront bien, par exemple: l’huile essentielle de sauge et l’huile essentielle de bergamote constituent une alchimie parfaite, car elles contiennent toutes les deux une haute teneur d’acétate lynaylyle (un esther).

Attention: une huile essentielle peut avoir des effets variés selon ses composantes. Elle peut être en même temps relaxante et stimulante. Il faut donc bien connaître la composition chimique d’une huile essentielle et de ses actions biologiques afin d’estimer au mieux ses effets sur l’organisme.

De plus, le mélange d’huiles essentielles entre elles requiert une parfaite connaissance de ses composants. Il est recommandé de consulter un spécialiste avant toute utilisation.

Consultez avant toute utilisation les précautions d’emploi, les limites de l’aromathérapie et les huiles essentielles dangereuses.

Consultez ensuite le guide des huiles essentielles et leurs vertus de A à Z.

Note important: Il faut rester prudent quant à l’utilisation des huiles essentielles dans le cas de maladies lourdes, ou chroniques, nécessitant un traitement curatif de longue durée. Jamais d’automédication, nous vous conseillons de demander l’avis de votre médecin avant toute prise d’huiles essentielles, qui pourrait s’avérer contre indiquée par rapport à votre traitement.

Les bienfaits de l’aromathérapie

Les bienfaits de l’aromathérapie

L’aromathérapie est une méthode thérapeutique à base d’huiles essentielles. Ces huiles sont extraites des plantes par distillation, macération, ou pressurage. On obtient ainsi un concentré des bienfaits de la plante.

bienfaits de l'aromathérapie

L’aromathérapie est utilisée pour atténuer, soulager les douleurs, cicatriser. Elle permet également de vivifier et tonifier le corps, d’augmenter les défenses naturelles. Accompagnée d’une bonne hygiène de vie (sport et exercices physiques, pensée positive, respiration et relaxation, alimentation, eau, sommeil, etc..), l’aromathérapie élimine une grande partie du stress, favorise l’entrain et la joie de vivre, augmente les performances physiques, mentales, sexuelles et spirituelles. Le chemin vers « la santé au naturel » commence par une bonne connaissance de soi, et quelques exercices pratiques quotidiens pour se sentir responsable de sa santé.

L’aromathérapie : une médecins douce

Dite « médecine douce », l’aromathérapie est agréable à utiliser, naturelle et efficace si elle est utilisée à bon escient. Par contre, contrairement à ce que dit la plupart des manuels d’utilisation que l’on trouve dans le commerce ou sur internet, elle est d’utilisation très complexe et relève de l’expertise de professionnels de la santé. Il ne s’agit pas là de vous décourager mais seulement de vous mettre en garde contre des risques réels liés à l’automédication.

Aller plus loin ?

Consultez aussi les précautions d’emploi des huiles essentielles, et les doses à respecter. Consulter aussi cet article : Comment reconnaitre une huile essentielle de qualité.

Ce récapitulatif des huiles essentielles par maux vous aidera à définir les huiles essentielles dont vous avez besoin en fonction de vos douleurs. Retrouvez aussi cet annuaire de toutes les vertus des huiles essentielles de A à Z.

Acheter des huiles essentielles ?

Si vous souhaitez acheter des huiles essentielles bio, consultez ma page Acheter des huiles essentielles.