Catégorie : Plantes, beauté et santé

Dans ce chapitre des articles sur les plantes à utiliser pour la beauté et la santé.

Le pissenlit, une plante médicinale protectrice du foie

Le pissenlit, une plante médicinale protectrice du foie

Le pissenlit est loin d’être une mauvaise herbe!

Utilisé depuis la nuit des temps, le pissenlit (Taraxacum officinale) est une plante comestible possédant de multiples vertus pour la santé.

pissenlit

Le pissenlit comme plante comestible

Riche en nombreux nutriments, le pissenlit est un véritable trésor de la nature. Avec des feuilles dentelées riches en β-carotène et en vitamine C, le pissenlit se prête volontairement dans la composition d’une bonne salade avec un peu de citron et un filet d’huile d’olive. Outre sa capacité à accompagner nos repas, cette plante se consomme également en tisane de feuilles ou racines, sous forme séchée.

Les Propriétés du pissenlit

L’appellation de la plante du nom de « pissenlit » fait référence à ses propriétés diurétiques. Idéale pour traiter les problèmes de rétention d’eau comme les jambes lourdes ou les pieds gonflés, les phytothérapeutes recommandent la racine du pissenlit pour une efficacité maximale. Celle-ci, recommandée par de nombreux praticiens en cure de printemps, peut se consommer de différentes manières, sous forme de teinture-mère ou en décoction. On peut également faire des tisanes à partir des feuilles, préalablement séchées. L’intérêt de la tisane de pissenlit réside entre autres dans son goût amer, encourageant la production de la bile dans notre organisme. Le pissenlit détoxifie aussi l’organisme et permet au foie de mieux fixer les besoins en énergie, et à améliorer ses fonctions hépatiques et biliaires. Il soulage les affections digestives mineurs, le manque d’appétit,  les troubles urinaires, et préviens les risques de calculs rénaux. Enfin, le pissenlit permet de réduire les douleurs de rhumatismes.

Recette de tisane de feuilles de pissenlit

La récolte des feuilles se fait au printemps, avant la floraison. Après séchage des feuilles de pissenlit, les plonger dans l’eau bouillante, puis laisser infuser une dizaine de minutes.
Proportions : ½ litres d’eau pour 30 grammes de feuilles. Boire 3 tasses par jour. Ne pas dépasser 10g, 3 fois/jour.

Recette de vin de pissenlit

Pour préparer du vin de pissenlit maison, il faut cueillir environ 200 grammes de fleurs de pissenlit. Pour un vin aux propriétés optimales, il est conseillé de cueillir les pétales pendant les jours où les fleurs sont les plus ouvertes. Et pour garantir la fermentation dans le vin, il est important d’éliminer tous les morceaux verts de la tige du pissenlit.

Phase de macération 

Dans un saladier en verre, placer les 200 g de fleurs de pissenlit, et verser dessus 2 litres d’eau bouillante. Couvrir avec un linge propre, et placer le récipient dans un endroit sombre, laisser macérer pendant 2 jours.

Phase de cuisson

Filtrer le macérat, puis et ajouter un demi jus de citron et le zeste d’une oranges non traitée. Porter le tout à ébullition. Retirer la préparation du feu, puis filtrer de nouveau. Faire bouillir à nouveau le mélange en y ajoutant le jus d’une orange et d’une citron (non-traités), les zestes de ceux-ci et 500 g de sucre. Laisser bouillir à nouveau le mélange ½ heure, puis le transvaser dans un saladier. Laisser refroidir, puis ajouter un sachet de levure sèche. Couvrir le récipient d’un linge propre en coton (pour laisser passer l’air), puis faire macérer le mélange pendant environ 3 semaines dans un endroit sombre. Penser à éliminer les bulles d’air en le remuant le mélange chaque jour. Le vin est prêt lorsqu’il n’y a plus de bulles.

Phase de repos

Filtrer à nouveau, puis verser le vin dans des bouteilles stérilisées. Ce vin en bouteille se conserve dans un endroit sombre ou à la cave. A noter qu’il faut le conserver environ 3 mois avant consommation pour obtenir un vin de pissenlit de qualité.

Les autres plantes à cueillir au printemps ?

L’ortie

Le plantain

Les fleurs de sureau

Les pâquerettes, le romarin et les bourgeons de pin.

L’aspérule odorante

L’aspérule odorante

aspérule odoranteNom botanique : Galium odoratum
Famille : rubiacées ( Rubiaceae )
Origines : Europe, Afrique du Nord, Sibérie
Parties utilisées : sommités fleuries

Description botanique : Appelée aussi reine des bois, muguet des bois, belle étoile, gaillet odorant, petit muguet ou encore thé suisse ; l’aspérule odorante est une plante vivace d’une hauteur d’une dizaine à une trentaine de centimètres. Elle est caractérisée surtout par ses feuilles vert foncé en forme d’étoile. Ses fleurs blanches forment des clochettes, puis des fruits de petite taille, qui sont quant à eux, constitués de poils crochus. Cette plante pousse en grande quantité dans des milieux à mi-ombre, la floraison a lieu mai et juin.

Propriétés de l’aspérule odorante

L’aspérule odorante est plante très parfumée qui s’utilise depuis de nombreuses années pour des fins thérapeutiques. Elle est connue pour ses vertus tranquillisantes et antistress. Cette plante, de par ses bienfaits sédatifs, agit également positivement sur le sommeil et permet de vaincre les insomnies. Elle s’utilise aussi comme stimulants pour l’appareil digestif, en agissant sur les ballonnements et la digestion difficile. Diurétique, elle aide l’organisme à se débarrasser des toxines. Caractérisée par ses effets adoucissants, l’aspérule odorante calme le système nerveux. Son usage constitue aussi le secret d’un bon fonctionnement du foie.  Enfin, l’aspérule odorante agit comme anticoagulant sanguin, elle est efficace pour soigner les phlébites. Antispasmodiques et apaisante, elle calme les palpitations. De plus, elle est fortement conseillée contre les maux de tête, les vertiges et les névralgies.
Par ailleurs, l’aspérule odorante peut s’utiliser comme collyre contre les conjonctivites et les blépharites. Elle est aussi efficace sur les enflures, les plaies et les abcès.

Utilisation de l’aspérule odorante

Cette plante est destinée aussi bien à l’usage interne qu’externe. Elle peut se prendre sous différentes formes, comme les infusions et le collyre.

Quelques recettes à base d’aspérule odorante

Tisane d’aspérule odorante : pour une tasse d’eau frémissante, ajouter 50 g de fleurs et laisser infuser une dizaine de minutes.

Pour soigner les plaies et les abcès, il suffit d’y appliquer directement la fleur fraîche.

Précautions d’emploi de l’aspérule odorante

L’aspérule odorante ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes, quel que soit le mode. Elle doit être consommée à petites doses pour limiter ses éventuels effets indésirables, notamment les maux de tête, les vertiges et la somnolence.

Recette de sirop et de tisane d’hibiscus

Recette de sirop et de tisane d’hibiscus

Comment faire soi-même un sirop d’hibiscus ?

Couramment utilisé en Afrique du sud, l’hibiscus ou carcadet porte également les noms de « bissap » ou « thé de karkadé » ou encore « zobo », selon les régions d’afrique. Du temps des égyptiens, c’était aussi la boisson fétiche des pharaons.

recette sirop d'hibiscus
L’hibiscus – sabdariffa rouge – se caractérise entre autres par son taux élevé en anthocyane, le pigment végétal rouge. Il est également riche en potassium, magnésium et sodium, en fer, en calcium et en zinc. Le jus d’hibiscus a des propriétés antifongiques, antimicrobiennes, et hypotensives. Sa teneur en carotène lui confère un puissant pouvoir antioxydant. Il permet de lutter efficacement contre les marques du temps. C’est également un purificateur pour le sang, car il limite la formation de caillot dans le sang ; il permet de lutter efficacement contre les maladies cardiovasculaires et hépatiques. Il agit sur l’organisme tout en réduisant le taux de glycémie, le cholestérol et les triglycérides. Cette plante est très utile chez les patients hypertendus, sachant qu’elle permet de réduire la pression artérielle. De plus, il permet de limiter les troubles du foie et favorise une meilleure digestion. De par sa forte concentration en vitamine C (plus que l’orange), l’hibiscus donne de la vitalité. Dépuratif et légèrement diurétique, il aide l’organisme à se débarrasser de ses impuretés, et agit efficacement contre le diabète.

Recette de sirop d’hibiscus

Pour environ 1 litre de sirop :

Faire bouillir 500ml d’eau, couper le feu, puis plonger 4 cuillerées à soupe de fleurs d’hibiscus séchées dans l’eau bouillante. Couvrir et laisser infuser pendant 12h. Filtrer, en pressant les fleurs pour en récupérer les principes actifs.
Procéder à une deuxième infusion : ajouter 500ml d’eau à l’infusé d’hibiscus précédemment obtenu. Mettre sur le feu, et ajouter 600 g de sucre en poudre. Porter à ébullition et laisser prendre le sirop de sucre, jusqu’à obtenir une température de 105°.

Verser le sirop immédiatement dans une bouteille en verre, puis la fermer. Ceci permet la stérilisation immédiate.

Les utilisations du sirop d’hibiscus ?

On peut le boire comme un sirop, dilué avec de l’eau. On peut également verser un peu de sirop dans les yaourts ou fromages blancs, dans les gâteaux ou sur les crêpes.

Recette d’infusion d’hibiscus

Le « thé rouge » peut être bu à chaud ou à froid.

Dans un récipient contenant 750 ml d’eau, ajouter deux cuillères à soupe de fleurs d’hibiscus. Laisser infuser pendant cinq à dix minutes.

Il est aussi possible de préparer la plante avec de l’eau froide. Il faut, pour ce faire, y laisser infuser la plante pendant plusieurs heures, voire une nuit. Prendre 2 ou 3 tasses d’infusion au quotidien.

Consultez également cette recette de boisson rafraîchissante menthe-hibiscus.

Précautions d’emploi

S’assurer, avant les préparations, que la plante choisie est bien de la variété Hibiscus sabdariffa. A noter que d’autres types d’hibiscus peuvent être dangereux pour la santé, comme l’hibiscus d’ornement des jardins.

 

La Rhodiola Rosea et ses vertus insoupçonnées

La Rhodiola Rosea et ses vertus insoupçonnées

rhodiola roseaNom botanique : rhodiola rosea
Famille : crassulacées
Origine : Asie
Partie utilisée : le rhizome (racine)

Description botanique de la Rhodiola Rosea

La Rhodiola Rosea est une plante poussant sur des sols sablonneux et secs, souvent sur des pentes rocheuses ou des falaises en régions froides. Cette plante se trouve essentiellement en Asie, en Sibérie, et également en Amérique du Nord et en Scandinavie.

Petite histoire de la Rhodiola Rosea

La Rhodiola Rosea est classée « plante médicinale » depuis l’année -77 avant JC. Actuellement, en Sibérie, les jeunes mariés reçoivent un bouquet de Rhodiola rosea pour favoriser la fertilité et avoir des enfants sains. A Mongolie, les praticiens recommandaient la plante pour guérir la grippe, le cancer et la tuberculose.

Propriétés et indications de la Rhodiola Rosea

Considérée comme une plante adaptogène, la Rhodiola Rosea est connue par ses vertus stimulantes et régulatrices, renforçant les capacités physiques et le système nerveux. L’utilisation de la Rhodiona Rosea est une bonne alternative pour faire face au stress, à la mauvaise humeur et à l’irritabilité, aux émotions négatives en général. Elle est indiquée en cas de dépression, de neurasthénie et d’asthénie. Une recherche menée en 1980 par des chercheurs russes démontrait l’efficacité de la Rhodiola à améliorer l’état de santé d’un patient souffrant de dépression. Elle est également une solution idéale pour faire face à la fatigue, la faiblesse, la perte d’appétit, les maux de tête, ou encore les troubles du sommeil. Cette plante est également plébiscitée pour ses différents avantages sur les fonctions cognitives. Elle favorise les concentrations, et booste la mémoire.  La Rhodiola Rosea répond aux attentes des sportifs, elle est efficace dans l’augmentation des performances physiques. Après un effort, elle agit positivement dans le processus de récupération. Enfin, la Rhodiola serait aussi efficace en cas de baisse de libido. Pour les femmes, la plante agit positivement en cas de problème de menstruation irrégulière. Une étude a aussi montré son efficacité en matière de traitement de l’infertilité.

Utilisation de la Rhodiola Rosea

Pour profiter des bienfaits de la plante, l’idéal est de la consommer en gélules ou en infusion. Elle est généralement réservée à l’usage externe.

Effets indésirables et contre-indications de la Rhodila rosea

L’utilisation de la Rhodila Rosea est contre-indiquée chez une femme enceinte. En effet, jusqu’à présent, les données toxicologiques sur ce produit restent encore incomplètes. La prudence s’impose aussi chez les patients souffrant de psychose maniacodépressive. En effet, la racine de cette plante pourrait aggraver l’excitation psychique.

Les bienfaits de la camomille romaine

Les bienfaits de la camomille romaine

Sous forme d’huile essentielle ou d’hydrolat, la camomille romaine (ou camomille noble) a plus d’un tour dans son sac. Zoom sur leurs propriétés et utilisations.

camomille romaine

Nom botanique : chamaemelum nobile
Origine : Europe occidentale et Afrique du Nord
Famille : Astéracées
Partie distillée : herbe fleurie

Description botanique : la camomille noble ou camomille romaine, malgré sa ressemblance, est totalement différente de l’idée que l’on se fait de la marguerite au cœur jaune et pétales blancs. Elle est caractérisée par des petites fleurs rondes en colerettes plutôt blanches, à la différence de la camomille matricaire (ou camomille allemande) et de la tanaisie annuelle. Originaire d’Europe, elle pousse en grande quantité en France, en Belgique, et jusqu’au Nord de l’Italie.

Propriétés et utilisation de l’huile essentielle de camomille noble

L’huile essentielle de camomille noble est reconnue par ses vertus apaisantes, calmantes et anti-inflammatoires. Elle est également bénéfique dans le domaine de la cosmétique. Elle s’utilise, en effet, dans le traitement capillaire et pour soigner l’acné. Reconnue aussi pour soulager les troubles du sommeil, elle est aussi utilisée pour la relaxation. L’huile essentielle de camomille noble s’utilise à la fois en interne et en externe. A noter que par voie orale elle est interdite chez les enfants de moins de 12 ans.

Propriétés de l’hydrolat de camomille noble

A noter que l’on appelle « hydrolat » l’eau issue de la distillation de la plante durant le processus de distillation de l’huile essentielle. Ils sont en quelque sorte une forme « d’aromathérapie douce ». L’hydrolat de camomille noble, utilisé pur, apaise la peau et facilite le démaquillage. Il apaise aussi les piqûres d’insectes et les coup de soleil. Il s’utilise également comme eau de rinçage pour les cheveux qu’il rend soyeux. En gargarisme, l’hydrolat de camomille noble est aussi une solution idéale face aux gencives sensibles et douloureuses.

Utilisations et recettes

Irritations de la peau : faire fondre une cuillère à soupe de beurre de karité dans un pot en verre au bain marie, puis ajouter trois gouttes d’huile essentielle de camomille noble dans le mélange liquide encore chaud. Laisser refroidir, le beurre de karité va durcir pour former un baume. A appliquer en massage sur les parties concernées. Pour nettoyer la peau après le démaquillage, imbiber un coton d’hydrolat de camomille romaine, ne pas rincer.

Pour apaiser les piqûres d’insectes et coups de soleil, appliquer sur la piqûre une compresse imbibée d’hydrolat de camomille noble, pendant environ une heure.

Acné : dans un flacon, mélanger à part égale quelques gouttes d’huile essentielle de camomille noble, de lavande vraie et de tea-tree. Ajouter deux gouttes du mélange dans votre dose de crème de jour quotidienne.

Cheveux : pour avoir une chevelure à reflets dorés et souple et soyeuse, ajouter deux gouttes d’huile essentielle de camomille noble dans votre dose quotidienne de shampoing. L’hydrolat peut s’utiliser comme eau de rinçage. Ajouter trois cuillères à soupe d’hydrolat de camomille noble dans un litre d’eau, et verser sur les cheveux.

Sommeil : en cas d’insomnie, ajouter une goutte d’huile essentielle de camomille noble dans une cuillerée à café de miel, à prendre avant le coucher. Avec l’hydrolat : boire un verre d’eau froide contenant une cuillère à soupe d’hydrolat.

Relaxation : un massage du dos et des bras avec l’huile essentielle de camomille noble permet une relaxation parfaite. Ajouter quelques gouttes dans une base d’huile végétale.

Bain de bouche : Pour assainir et calmer les gencives sensibles, utiliser l’hydrolat comme bain de bouche.

Les multiples bienfaits du curcuma

Les multiples bienfaits du curcuma

Le curcuma et ses divers avantages pour la santé

bienfaits du curcumaLe curcuma est loin d’être une simple épice, il présente de nombreuses vertus permettant de prévenir et de traiter de nombreuses maladies. Problèmes de digestion, inflammations, cancer, maladie d’Alzheimer, cerveau, etc…

Le curcuma soigne de nombreuses maladies

Le curcuma est une racine originaire d’Inde qui produit une épice naturelle excellente pour la santé. En règle générale, il préserve l’organisme en le préservant contre le vieillissement cellulaire. Les médecins indiens l’utilisent depuis des millénaires pour la prévention et le traitement des troubles digestifs. Les praticiens français, eux aussi utilisent le curcuma depuis des siècles, pour traiter les maladies de la peau et des yeux, en cas de problèmes d’appétit, de foie ou de calculs rénaux. Le curcuma serait aussi un des meilleurs remèdes contre les dysfonctionnements urinaires.  Il permet également de traiter les symptômes de polyarthrite inflammatoire. Après les interventions chirurgicales, le curcuma soulage les inflammations.

Le curcuma en accompagnement du traitement des cancers

De nombreuses études phytothérapeutiques démontrent l’efficacité du curcuma dans la prévention des cancers, il aide l’organisme à lutter contre la dégénérescence cellulaire. Il est efficace dans la prévention de nombreux types de cancers : du sein, du poumon, ou au niveau ORL. En Chine, le curcuma est utilisé dans le cadre du traitement des premiers symptômes du cancer du col de l’utérus. Il serait aussi bénéfique dans le traitement du cancer de la peau, en réduisant les lésions cancéreuses. Il est aussi fortement conseillé dans le traitement du cancer colorectal, des métastases hépatiques et de la polypose recto-colique. Le curcuma présente également des effets positifs sur les chimiothérapies.

Le curcuma pour la santé du sang et du cerveau

Le curcuma est une épice naturelle idéale pour les diabétiques, car il réduit le taux de glycémie. Des études réalisées sur des animaux prouvent son effet positif dans le traitement de la cataracte, favorisée par le diabète. Enfin, il a été démontré que le curcuma booste les capacités intellectuelles. Le curcuma prévient la dégénérescence des neurones.

bienfaits du curcuma

Le curcuma dans la cuisine indienne

Riche en éléments nutritifs, le curcuma est très utilisé dans la cuisine indienne. Il renferme, non seulement des fibres, mais aussi des vitamines B2, B1, B6, B9, K, E et C. Il est aussi constitué d’une quantité importante de sels minéraux, de fer et de manganèse. Riche en zinc, magnésium, cuivre, calcium et potassium, c’est un remède efficace contre les problèmes digestifs tout en réduisant le taux de cholestérol dans le sang.

Quelques recettes à base de curcuma

Le curcuma peut s’utiliser en décoction : faire bouillir 2 cuillères à café de racines dans un bol et laisser infuser la préparation pendant une dizaine de minutes. Il est conseillé de prendre 2 ou 3 bols de tisane par jour.

Pour profiter de ses bienfaits au niveau dermatologiques, ajouter une cuillère à café de curcuma dans un peu d’eau, et appliquer trois fois par jour en cataplasme sur les parties concernées.

Aller plus loin ?

Consulter les vertus et utilisation de l’huile essentielle de curcuma.

Le plantain, une plante médicinale

Le plantain, une plante médicinale

le plantain fleur

Nom botanique : Plantago lanceolata L.
Origine : Colombie Britannique
Famille : Plantaginacea
Partie utilisée : feuilles, tiges et fleurs fraîches

Description botanique du plantain

Plante originaire de Colombie Britannique, le plantain pousse un peu partout en Europe, principalement sur des sols pauvres ou rocailleux, dans les prés et les prairies, et souvent sur les chemins de campagne. On distingue trois principales espèces de plantain commun, dont le plantain lancéolé, le grand plantain, et le plantain intermédiaire. La première est caractérisée par ses feuilles à la fois larges et allongées, se terminant en pointe ; tandis que la seconde possède des feuilles plutôt rondes, et la troisième a des feuilles velues et duveteuses. Mais il faut savoir qu’il existe près de 200 variétés de plantain, dont chacune présente les mêmes vertus et propriétés.

le plantain

Les propriétés du plantain

Loin d’être une « mauvaise herbe » comme on pourrait le penser, le plantain est une plante médicinale très utile. Elle se compose de nombreuses substances, notamment de pectine, de tanins, de souffre, de calcium, de fer, de mucilage, de phosphore et de flavonoïdes, qui lui valent de nombreuses vertus pour la santé. Constituée également d’aucubine, elle favorise l’élimination par les reins. Elle est aussi connue pour ses propriétés antimicrobiennes. Riches en vitamines A et B, le plantain favorise la lutte contre les infections respiratoires, la toux et le rhume.

Cette plante est également avantageuse dans le traitement des problèmes de la peau, des infections des voies urinaires, de la constipation et des hémorroïdes. Elle permet la cicatrisation des plaies, atténue les rhumatismes, stoppe les saignements et soulage les piqûres. De plus, elle agit efficacement pour les yeux fatigués, la conjonctivite et l’inflammation des paupières. Le plantain s’utilise aussi comme un collyre.

Et ce n’est pas tout ! Cette plante devrait toujours faire partie de la trousse de secours d’un randonneur : elle soulage rapidement les piqûres de moustiques, les piqûres d’ortie, soigne les plaies et blessures, et permet la consolidation des fractures. Le plantain est aussi excellent pour le système digestif, elle agit positivement en régulant le transit intestinal, et soulage les douleurs dues à la prise de médicaments. Par ailleurs, cette plante est l’alliée des personnes qui souhaitent perdre du poids d’une façon naturelle.

Comment utiliser le plantain

L’idéal est d’utiliser des feuilles et fleurs fraîches. Il est conseillé de cueillir la plante à la floraison, notamment au printemps. Avant l’utilisation externe ou interne du plantain, il faut bien laver les feuilles. Le séchage doit se faire au soleil ou au four chaud. De nombreuses utilisations sont possibles avec le plantain : dans l’alimentation en guise de salade ou légume, mais aussi en infusion, décoction, macération, collyre, friction ; sous forme de compresses, cataplasmes, ou de gélules ou sirop.

Recettes à base de plantain

Tisane de plantain pour soulager la toux :

Plonger 10g de feuilles de plantain séchées, coupées en petits morceaux dans 1/2 litre d’eau frémissante, laisser infuser pendant 10 minutes, puis ajouter 3 cuillerées à soupe de miel. Bien mélanger, et boire chaud jusqu’à 5 tasses par jour (pour un adulte).

Sirop de plantain

Bien laver le plantain, ses feuilles, tiges et racines, puis les plonger dans l’eau en cuisson dans une casserole. Laisser cuire à feu doux pendant une heure. Laisser refroidir, puis filtrer en gardant l’eau de cuisson. Bien presser les plantes cuites pour en faire sortir le jus. Remettre à cuire avec 1kg de sucre (quantité pour une casserole de taille moyenne) jusqu’à obtention d’une consistance aqueuse épaisse.

Les bienfaits de la cannelle

Les bienfaits de la cannelle

Épice principalement produite au Sri Lanka, la cannelle désigne généralement l’écorce intérieure du cannelier de Ceylan. Dans sa catégorie, elle est l’une des épices les plus populaires au monde, et aussi une des plus anciennes. Son utilisation dans le processus d’embaumement est mentionnée dans différents livres dont la bible et les papyrus égyptiens.

bienfaits de la cannelle

Classification des différentes espèces de cannelle

Il faut distinguer 2 types de cannelle dont la cannelle Cassia qui provient d’Asie, notamment du Vietnam, d’Indonésie, de Corée et du Japon. Elle est connue aussi sous l’appellation Cinamomum cassia mais couramment appelée cannelle Saïgon ou cannelle chinoise. Le second type est la cannelle de Ceylan, plus connue en Europe. Celle-ci provient principalement d’Inde, du Sri Lanka, de Madagascar, des Caraïbes et du Brésil. L’arbre à cannelle peut dépasser 10 mètres de hauteur et pousse généralement dans les forêts sauvages. Il se distingue par une écorce très mince et très parfumée.

Les bienfaits de la cannelle

Ventée comme antifongique majeur, antioxydant et antibactérien, la cannelle est précieuse pour notre santé de par ses nombreux bienfaits.

Pour la fluidification du sang

Oui, la cannelle est un excellent anti-coagulant qui permet la fluidification du sang. Bien entendu, sa consommation est interdite aux personnes sous traitement anticoagulants.

La cannelle permet la régulation de sucre dans le sang. Pour les personnes atteintes de diabète de type 2, elle améliore la capacité de répondre à l’insuline.

La cannelle permet également la réduction du taux du mauvais cholestérol dans le sang. En consommant de la cannelle, les diabétiques verront une réduction signifiante des facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires.

Pour la mémoire, la digestion et contre les bactéries

Des recherches dévoilées en Floride en 2004 ont démontré l’action positive de la cannelle sur l’attention, la mémoire et la vitesse visio-moteur pendant un travail sur ordinateur. Une autre étude a conduit, plus tard, à la rédaction d’une thèse prouvant que la cannelle pourrait participer à la réduction des inflammations chroniques conduisant à des maladies neuro-dégénératives comme la méningite, la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

La cannelle permet également de faciliter la capacité du corps à digérer certains aliments dont les produits laitiers et les fruits.

Enfin, à noter les propriétés antimicrobiennes de la cannelle prouvant son utilité pour prévenir la grippe et le rhume mais aussi sa capacité à renforcer le système immunitaire.

Lire aussi…

Les vertus et bienfaits de l’huile essentielle de cannelle de Ceylan.

Le sureau noir, vertus et utilisation

Le sureau noir, vertus et utilisation

Le sureau noir – Sambucus nigra

sureau noir 600 x 480

Photo : le sureau noir en fleur, dès le mois de mai

Plante nitrophile poussant principalement sur un sol riche en azote, le sureau est un arbre de la famille des Caprifoliacées. Il en existe 4 espèces connues en Amérique du nord et 3 en Europe : le sureau hièble, le sureau rouge et le sureau noir. Les arbres de sureau poussent généralement le long de la route et se couvrent de jolies fleurs blanches au printemps, pour laisser place ensuite à des baies noires. Mais attention, si les baies du sureau hièble – appelé aussi le faux sureau – sont toxiques, elles sont comestibles pour le sureau noir.

Comment les reconnaître ? Notons que les baies de sureau hièble à maturité sont tournées vers le ciel, alors que celles du sureau noir pendent en grappes vers le sol. De plus, le sureau yèble est une herbe qui pousse en buisson, et qui disparaît l’hiver, elle ne fait pas de bois et sa floraison est bien plus tardive (août – Septembre) que celle du sureau noir (mai). Le sureau noir est un arbuste, pouvant atteindre jusqu’à 5 mètres de hauteur. A noter que le sureau hièble est une plante toxique, il est donc très important de ne pas se tromper si l’on souhaite en faire la cueillette. pour la consommation.

Utilisations et bienfaits du sureau noir

Le sureau est très riche en vitamines A, B, C et en antioxydants, protégeant contre le vieillissement cellulaire et stimulant les défenses immunitaires. La fleur de sureau noir soulage la toux, la grippe, le rhume, les maux de gorge et toutes les inflammations des bronches, troubles ORL et sinusites. Le sureau aide également à combattre les infections virales. Elles ont des propriétés diaphorétique (provoque la sudation) et expectorantes.

Les fleurs, tout comme les baies peuvent être cueillies, mais pour des utilisations différentes. La cueillette des fleurs se fait chaque année vers le mois de mai. Les baies apparaissent généralement plus tard dans l’été, vers les mois de juillet ou août. Si la consommation des baies crues du sureau est fortement déconseillée, les baies cuites et les fleurs en revanche peuvent être transformées en infusion, en sirop, confitures et gelée, en vinaigre ou encore en vin.

Cueillette et préparation du sureau

Chaque année, au mois de mai, la préparation du sirop de sureau (en fleur) devient une véritable tradition pour beaucoup. La récolte est facile, il suffit de couper les ombrelles unes à unes. On coupe ensuite la tige verte au ras des fleurs. Il en dégage de cette opération un doux parfum se rapprochant de celui du litchi ou du miel d’acacia. A noter qu’au séchage, l’odeur peut devenir quelque peu désagréable. A savoir également que les fleurs noircissent très rapidement aussitôt débarrassées de leurs tiges. Pour ma part, je les secoue légèrement pour les débarrasser des éventuels insectes, puis je les congèle en petits sachets pour mieux en conserver les bienfaits. Mais on peut également les faire sécher et les conserver en boite hermétique pour confectionner des tisanes. Les baies, quant à elles ont un arôme de mûres sauvages.

Sureau 600 x 480

Photo : sureau presque arrivé à maturité en août

Recettes à base de sureau

1) Le sirop de sureau à l’érable, pour parfumer une salade de fruits

Facile et rapide à préparer, il peut être utilisé pour sucrer des salades de fruits. Ce sirop nécessite un pot de sirop d’agave et une grande ombrelle de fleurs de sureau. Faire macérer simplement la partie fleurie dans le pot de sirop pendant toute une nuit. Le résultat au lendemain est un sirop au parfum délicieux qui se conserve pendant quelques semaines au réfrigérateur.

2) Le sirop de sureau en boisson curative

La préparation de ce sirop nécessite 300 grammes de sucres de canne ou cassonade, 30 ombrelles de sureau noir et 2 citrons bio. Très sympa pour la réalisation des cocktails et fort utile en cas de trouble ORL.

Versez dans un grand récipient les ombrelles coupées au ras de la tige verte puis ajouter le sucre. Pressez les 2 citrons pour en obtenir le jus, qui sera ensuite ajouté à la préparation. Couper en morceaux les écorces des citrons et les ajouter également au mélange. Remuer, puis bien tasser le tout avant de laisser macérer la préparation pendant une nuit au frais. Le lendemain, ajoutez 50 cl d’eau minérale dans une casserole, ajouter la préparation de la veille, et porter le tout à ébullition. Laisser frémir pendant au moins 10 minutes en remuant de temps en temps. Utiliser une passoire pour filtrer le mélange, et le verser, encore chaud, dans une bouteille en verre stérilisée. Ce sirop se conserve un mois au réfrigérateur. A déguster bien frais avec des glaçons,  c’est une excellente boisson pour l’été !

3) La tisane de sureau

Il faut compter en proportion une cuillerée à café de fleurs séchées (ou une cuillerée à soupe de fleurs fraîches) pour une tasse de boisson. Faire frémir de l’eau, et la verser dans une théière, laisser infuser une dizaine de minutes et filtrer. Ajouter selon les goûts une cuillerée à café de miel.

D’autres recettes à base de baies de sureau viendront s’ajouter à celles-ci dès la prochaine récolte.

Les plantes anti moustiques

Les plantes anti moustiques

L’été c’est chouette, mais c’est aussi la saison des moustiques qui nous empoisonnent la vie ! En plus des démangeaisons, ces insectes nous gênent pendant le sommeil, et pire encore, ils peuvent être de véritables meurtriers puisqu’ils sont, pour certains, porteurs de maladies mortelles dont la malaria et la dengue, mais aussi le zika et le chikungunya, transmis par le moustique tigre. Peut on vraiment venir à bout de ces ravageurs de manière naturelle ? En pot ou en pleine terre, cherchons déjà à les éloigner du jardin et de la maison.

plantes anti moustiques

Les plantes anti moustiques

On leur attribue des vertus médicinales, notamment comme antiseptiques, antispasmodiques et/ou stimulantes ; en plus d’être de grande utilité en cuisine, ces plantes sont également des chasseuses de moustiques efficaces.  Faciles à entretenir, elles poussent sans difficultés dans nos jardins ou dans des pots sur le balcon.

Le romarin : originaire de la région méditerranéenne, le romarin est un anti-moustique efficace. A noter qu’en plus de repousser les moustiques, le romarin en infusion est très bon pour la santé, il aide à éliminer les toxines de l’organisme, et pas seulement. L’hydrolat de romarin quant à lui est parfait pour la santé des cheveux.

Le basilic : l’incontournable des tartines et des pizzas, le basilic est une plante à l’arôme très agréable qui apaise les troubles intestinaux. C’est également une plante à adopter dans son jardin pour chasser les moustiques, particulièrement le basilic cannelle et le basilic citronné.

La menthe poivrée : très agréable, elle accompagne parfaitement les boissons fraîches et certains plats. Mais ce n’est pas tout, elle est également idéale pour apaiser les maux de tête, à noter aussi son utilité pour soulager instantanément les piqûres d’insectes. De plus, son odeur n’est pas du tout appréciée par les moustiques, qu’elle éloigne de la maison. L’hydrolat de menthe poivrée quant à lui est excellent pour le soin de la peau.

La mélisse officinale : elle se démarque par sa grande résistance à des conditions climatiques extrêmes, elle est idéale pour repousser les moustiques, elle se cultive sans difficulté en pots. La tisane de mélisse est appréciée pour ses feuilles au parfum doux et citronné, elle aide à l’endormissement en cas d’insomnie. L’eau florale de mélisse, quant à elle aide à la digestion et soigne les petites blessures de la peau.

La citronnelle : cette plante jouit d’un parfum citronné qui masque parfaitement les odeurs et donc éloigne les moustiques. Pouvant atteindre jusqu’à 2 mètres si on la cultive au jardin, la citronnelle peut également être mise en pot sur la terrasse. De plus, rien de plus agréable qu’une tisane à la citronnelle pour se sentir plus léger après une dure journée de travail.

La lavande : Ses fleurs sont appréciées pour parfumer la maison, elle sont également très douce dans les tisanes. A noter que la lavande est aussi efficace pour protéger le jardin et la maison des moustiques. Elle se plante aussi bien en pots, qu’en pleine terre dans le jardin. L’eau florale de lavande quant à elle adoucit la peau. En tisane elle apaise et favorise l’endormissement.

L’ail : incontournable pour rehausser la saveur des plats, l’ail se plante aussi dans nos jardins. Il est apprécié pour sa capacité à repousser les moustiques, il est également très bon pour la santé !

Le géranium :  plante d’ornement, le géranium se plante facilement en pots, son parfum agréable pour nous repousse les insectes dont le moustique. L’hydrolat de géranium, quant à lui, est idéal pour le soin de la peau.

Les solutions à base d’huiles essentielles

La chasse aux moustiques à l’extérieur est une chose, mais il faut aussi se protéger à l’intérieur de la maison. La diffusion d’huiles essentielles est ici la solution la plus adaptée. Lesquelles choisir ?

Choisissez la Synergie de chez Néroliane Ma vie sans moustiques. Elle est extra, elle coûte 10,5€ les 30ml.

Tout est dans cet article : moustiques, les huiles essentielles à diffuser, ou comment soulager les piqûres d’insectes.

Pour une protection optimale, voici un baume anti-moustiques à appliquer sur la peau.

Et aussi.. Le café moulu !

Acheter des huiles essentielles ?

Si vous souhaitez acheter des huiles essentielles bio, consultez ma page Acheter des huiles essentielles.