Catégorie : Plantes, beauté et santé

Dans ce chapitre des articles sur les plantes à utiliser pour la beauté et la santé.

Sportifs : les bonnes raisons de prendre la spiruline

Sportifs : les bonnes raisons de prendre la spiruline

Ce n’est pas sans raisons que la spiruline est considérée comme l’aliment du futur. Pour les sportifs, elle présente de nombreux bienfaits tout en satisfaisant leurs besoins nutritionnels, et pour améliorer leurs performances de manière totalement naturelle.

spiruline

Le complément alimentaire idéal des sportifs

Renfermant une grande quantité de protéines et autres composants, la spiruline est un produit 100 % naturel qui répond très largement aux besoins du sportif en agissant positivement sur ses muscles, en favorisant l’augmentation de sa masse musculaire, et en réduisant rapidement sa masse graisseuse. La spiruline est intéressante pour accompagner les régimes stricte spécifiques des sportifs, sans risquer d’amoindrir leurs performances. La spiruline intervient sur la performance pendant l’effort, une récupération plus rapide après l’effort, et un renfort général des défenses immunitaires.

La spiruline, un antioxydant naturel

Algue naturelle, la spiruline est considérée comme un antioxydant naturel, sachant qu’elle renferme une grande quantité de zinc, un élément nécessaire pour veiller au bon fonctionnement du système immunitaire. A savoir que le zinc occupe une place importante dans les performances du sportif.

Un anti-inflammatoire efficace

Les sportifs de haut niveau sont sujettes aux douleurs de part et d’autre, notamment au niveau des muscles et des articulations, des cheville et des bras, selon le sport pratiqué. Ces douleurs peuvent s’avérer paralysantes, difficiles à apaiser, et peuvent les empêcher de pratiquer. Les sportifs souffrant de ces douleurs doivent parfois observer des périodes de repos de plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Avec la spiruline, il est possible d’atténuer rapidement ces douleurs, car il s’agit d’un anti-inflammatoire naturel très efficace. De nombreux sportifs de haut niveau ont déjà recours à cette algue magique.

Les précautions d’emploi

Attention toutefois, les bienfaits de cette algue restent tangibles sur le long terme. Notons que la spiruline n’est pas une alternative à une alimentation variée et saine, ou à la pratique d’un sport au quotidien.

Aller plus loin ?

Lire aussi cet article : la spiruline pour la santé et la beauté.

Tout savoir sur la châtaigne et le marron

Tout savoir sur la châtaigne et le marron

La châtaigne est différente du marron de par son enveloppe, mais pas seulement, ce sont deux fruits d’une espèce d’arbre très différente. Mais marrons ou châtaignes possèdent de nombreuses vertus pour la santé. On vous explique tout ça.

Fruit du châtaigner sauvage, la châtaigne est un fruit cloisonné par plusieurs peaux, et protégé par une enveloppe piquante : la bogue. Fort appréciée en cuisine pour accompagner certains plats, ou en guise de dessert, la châtaigne est caractérisée par une saveur douce et raffinée. De plus, Riche en vitamines et en minéraux, elle dispose des principes actifs excellents pour la santé.

châtaigne

Les bienfaits de la châtaigne

La châtaigne est beaucoup plus riche en glucide que les autres fruits oléagineux (ou fruits à coque), comme l’amande, la noisette, et la noix. Les glucides présents dans ce fruit sont constitués pour les 2/3 d’amidon, et 1/3 de saccharose ce qui lui donne ce petit goût légèrement sucré. Selon certaines études, l’amidon présent dans la châtaigne présente des bienfaits sur la santé intestinale, tout en réduisant le taux d’acides biliaires. La châtaigne est intéressante, notamment pour les personnes souffrant de la maladie cœliaque (intolérance au gluten). Résistant dans l’organisme, cet amidon participe à la prévention d’autres maladies, comme le diabète, le cancer du côlon et les maladies cardiovasculaires. De plus, elle contient d’autres nutriments importants comme le manganèse et le cuivre. La châtaigne est donc également une source d’enzymes facilitant les processus métaboliques. Elle permet également la formation du collagène et de l’hémoglobine tout en protégeant le corps des radicaux libres. Contenant aussi du phosphore, la châtaigne participe à la bonne santé des os et des dents. Elle favorise aussi la croissance des tissus tout en maintenant le taux de pH sanguin. Il s’agit également d’un fruit riche en fer. Il occupe ainsi une place importante dans la régénération de nouvelles cellules et d’hormones. Le Folate, élément responsable de la fabrication des cellules du corps, notamment des globules rouges est également présent dans la châtaigne, ainsi que d’autres nutriments importants, dont les vitamines B1, B2, B6 et C.

Cerner la différence entre les châtaignes et les marrons

On a tendance à les confondre, mais les châtaignes et les marrons sont deux fruits appartenant à deux espèces très différents. La châtaigne est le fruit du châtaigner sauvage (Castanea sativa), tandis que le marron est la graine du marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum), qui malgré son appellation n’est pas du tout originaire d’Inde mais de Grèce, introduit en France au XVIIè siècle.

La fleur du châtaigner donne naissance à un fruit (une graine), lui aussi recouvert d’une bogue à piquants. Le marron, contrairement à la châtaigne, est tout rond et plus gros. Le marron de cette espèce est un fruit toxique non comestible.

Il existe aussi une autre variété de marronnier qui pour sa part est issue de l’initiative de l’homme à transformer la version sauvage du châtaignier. Tout comme la châtaigne, il peut être utilisé comme ingrédient en cuisine, dans les plats ou les desserts (la fameuse dinde aux marrons, marrons chauds ou glacés, crème aux marrons…). Le marron cultivé possède également de nombreux bienfaits pour la santé de l’organisme.

L’harpagophytum, une plante miraculeuse pour le confort articulaire

L’harpagophytum, une plante miraculeuse pour le confort articulaire

harpagophytumNom botanique : Harpagophytum procumbens
Famille : Pedaliaceae
Partie distillée : racines secondaires

Description botanique : L’harpagophytum procumbens, griffe du diable ou encore racine de Windhoeck est une plante originaire d’Afrique du Sud, mais qui pousse également en Afrique centrale. Cette plante apprécie les régions chaudes, arides et désertiques, et se développe dans les endroits où la végétation est rare. L’appellation « griffe du diable » s’apparente à ses petits crochets qui attaquent les animaux (notamment les sabots du bétail).

Propriétés médicinales de l’harpagophytum

L’harpagophytum est reconnu par ses vertus anti-inflammatoires. Elle est aussi utilisée comme antioxydant, antispasmodique et analgésique. Elle est employée essentiellement pour apaiser les douleurs inflammatoires causées par les articulations.

Elle renferme plusieurs éléments actifs, notamment les harpagosides qui jouent un rôle anti-inflammatoire. Les flavonoïdes, glucosides et phytostérols font également partie des éléments constitutifs de cette plante. L’Harpagophytum se compose aussi d’une quantité importante de phénols, d’acide cinnamique et chlorogénique, elle possède des vitamines et minéraux qui sont bons pour la santé, pour ne citer que le fer, le cuivre, le calcium, le magnésium et le phosphore. La plupart des vitamines du groupe B, dont B1, B2, B3, B5, B9 et B12 sont également présentes. Classée parmi les plantes très riches, elle contient aussi de la vitamine C et de béta-carotène.
L’Harpagophytum est un anti-inflammatoire et un antidouleur à la fois naturel et efficace, elle agit en réduisant l’acidité de l’organisme et en purifiant le sang.

Mais l’Harpagophytum est également connue pour son efficacité contre les pathologies articulaires et ostéopathiques. Elle libère ses propriétés antidouleurs chez les patients souffrant de rhumatismes, lombalgies et tendinites, maux de dos et lumbago. A noter qu’elle est aussi bénéfique pour la sphère hépatique. Avec son goût un peu amer, elle favorise la digestion et veille sur la santé du foie et de la vésicule biliaire, intéressante également chez les patients victimes d’accidents, de chocs sévères ou traumatismes.

Utilisation de l’harpagophytum

L’harpagophytum est généralement réservé à l’usage interne. Toutefois, il existe également des pommades.

Précautions d’emploi de l’harpagophytum

Renfermant des principats actifs très puissants, l’harpagophytum doit toutefois être utilisé avec modération, il est important de s’informer sur la tolérance de l’organisme : certains sujets peuvent souffrir d’effets indésirables comme les brûlures d’estomac, accélérer le transit intestinal, occasionner l’éruptions de boutons et l’augmentation de la tension artérielle. Ne pas utiliser sur des périodes trop longues (- de 6 mois). Il est préférable d’alterner les cures par des périodes de « repos » d’une semaine (3 semaines de prise – 1 semaine d’arrêt).

 

Les plantes adaptogènes késako ?

Les plantes adaptogènes késako ?

Les plantes adaptogènes, c’est quoi ?

Ce sont des plantes qui ont la capacité de booster la fonction métabolique du corps pour l’aider à gérer toutes sortes de stress, quelle qu’en soit l’origine. Les plantes adaptogènes permettent de lutter contre le stress de manière totalement naturelle en renforçant l’énergie physique.

les plantes adaptogènes

Le ginseng et ses cousins

Le ginseng reste actuellement la star des plantes adaptogènes. Voici les bienfaits de cette plante et de ses cousins, tout aussi efficaces pour lutter contre le stress.

Le ginseng chinois

Reconnu pour sa capacité à booster les performances physiques et intellectuelles de l’organisme, le ginseng est appelé par les Chinois « la racine de vie » en référence sans doute à son action revitalisante. Les Asiatiques considèrent également cette plante comme un excellent aphrodisiaque, de nos jours, elle fait partie des compléments alimentaires fortement recommandés pour combattre le stress, la dépression et la fatigue physique et morale.

L’ashwaganda

Cette plante, appelée aussi ginseng indien, agit efficacement sur la glande thyroïde. Reconnue pour ses propriétés adaptogènes en cas de stress, c’est surtout son utilisation comme aphrodisiaque autrefois qui fait sa popularité. Utilisée depuis des millénaires, c’est dans le Kama Sutra que l’aswanganda trouve fréquemment sa place car il stimule la fonction sexuelle.

L’eleutherococcus senticosus

Il s’agit du ginseng russe dont l’efficacité en cas de fatigue extrême n’est plus à démontrer.  Plante anti-stress par excellence, l’éleutherococcus aurait aussi des effets hypoglycémiants. De plus, il permet de prévenir les radicaux libres, mais c’est surtout ses effets stimulants sur les surrénales et le système nerveux qui lui ont valu l’appréciation de nombreux utilisateurs.

Les plantes anti-stress et aphrodisiaques

La perte de la libido est souvent associée au stress et à la fatigue physique et morale. Voici quelques plantes qui s’avèrent efficace pour remédier à ces problèmes.

Schisandrae chinensis

Stimulant sexuel efficace aussi bien pour les hommes que pour les femmes, cette plante tonique très connue en chine rebooste la vitalité de l’organisme. Voilà pourquoi son utilisation est largement recommandée en cas de stress. Ces baies, en plus d’augmenter la sécrétion sexuelle et freiner la perte de mémoire, possèdent de nombreuses vertus. En effet, elles purifient le sang, protègent les organes sexuels et le foie.

La maca

Originaire des hauts plateaux de Pérou, cette plante revitalise le corps en accentuant les performances physiques. Elle permet aussi de lutter contre la fatigue chronique. La maca est également connu pour sa capacité à améliorer la fonction érectile chez l’homme et à régulariser l’équilibre hormonal féminin. En savoir plus sur cette racine ? Par ici les vertus de la maca.

La rhodiola rosea

En plus de son action efficace sur la fonction sexuelle, cette plante booste la mémoire et est idéale pour la récupération après un effort physique, elle réduit de façon signifiante les effets du stress. En savoir plus sur cette plante ? Par ici : la rhodiola rosea et ses bienfaits insoupçonnés pour la santé.

Les autres plantes adaptogènes et anti-stress

Utilisé depuis plusieurs milliers d’année en Inde, le tribulus fait partie aussi de plantes appréciées pour augmenter l’endurance physique. Il permet de lutter contre la fatigue générale et stimule le développement musculaire.

Plante fétiche des herboristes, le suma ou ginseng brésilien est aussi un adaptogène. Elle renferme jusqu’à 19 acides aminés et contient des vitamines A, B1, B2 et E. Produit de la ruche et non pas une plante, la gélée royale reste aussi efficace pour le stress et la déprime. Elle réduit la tension nerveuse et offre une sensation de détente.

Le lithothamne, l’algue reminéralisante

Le lithothamne, l’algue reminéralisante

Recommandé – entre autres – pour prévenir l’ostéoporose, le lithothamne  – Phymatolithon calcareum –  est très connue en phytothérapie. Alors que faut-il réellement savoir à propos du lithothamne pour bien l’utiliser ?

lithothamne

Description du lithothamne

Le lithothamne appartient à la famille des corallinacéens. C’est une algue rouge dont l’apparence rappelle plus ou moins celle du corail. Elle se récolte à une trentaine de mètres dans les profondeurs des fonds sablonneux. Appelée aussi maërl, cette algue demeure abondante au large des côtes de Pimpol et Glénans. Elle pousse également dans la baie de Saint-Brieuc, et dans les fonds marins en Irlande, Norvège et en Ecosse. En plus de son emploi dans l’agriculture biologique et la cosmétique, on l’emploie également comme complément nutritionnel.

Composants du lithothamne

Cette algue présente une forte teneur en calcium, jusqu’à 34%, et est connue pour sa richesse en minéraux et oligo-éléments. Elle contient également du manganèse, du sélénium, du souffre, du silicium, du cuivre, du zinc et du magnésium. Après da récolte, le lithotamne est ensuite micronisé. Ce procédé consiste à broyer les granulés pour obtenir une poudre très fine.

Les propriétés du lithothamne

Grâce à sa teneur importante en calcium, le lithothamne permet de préserver du calcium osseux. Il redonne également de l’équilibre à l’organisme, notamment pour ce qui est du rapport acido-basique, il est d’ailleurs un excellent anti-acide. Son fort taux en carbonate de calcium (jusqu’à 33%) lui permet, en effet, de neutraliser l’acidité dans le corps. A rappeler qu’un excès d’acidité dans l’organisme peut être à l’origine des brûlures d’estomac, de raideurs musculaires et de crampes. L’acidité peut également occasionner de la fatigue et l’incapacité à se concentrer. Durant la convalescence, le lithothamne permet de récupérer plus vite grâce à ses minéraux et oligo-éléments dont le magnésium. Tous ces éléments nutritifs sont également importants pour donner un meilleur équilibre à la peau : ils favorisent la régénération et la protection de l’épiderme, stimulent la microcirculation et assurent sa la teneur en eau. A noter enfin que le lithothamne a également une forte action reminéralisante sur les dents.

Les utilisation du lithothamne

Suivant les recommandations d’un médecin, cette algue s’utilise pour les cures reminéralisantes. Le lithothamne s’utilise aussi dans le cadre d’un soin de la bouche, et peut s’intégrer dans les soins cosmétiques.

Notes importantes : précautions d’emploi

Le lithothamne est déconseillé pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Attention aussi à respecter les doses prescrites pour éviter la formation de calculs, liée éventuellement à un excès en calcium. Avant utilisation du lithothamne, la consultation du médecin reste aussi importante pour les personnes prenant des antibiotiques ou autres médicaments hypertenseurs, pour prévenir des possibles interactions.

Aller plus loin ?

Lire cet article complet sur les bienfaits des algues et sels marins.

Le poivre noir et ses bienfaits pour la santé

Le poivre noir et ses bienfaits pour la santé

Le poivre noir frais pour la santé

Condiment très apprécié en cuisine pour rehausser le goût des plats de sa saveur piquante et relevée, le poivre noir possède de nombreuses vertus. En voici quelques unes qui devraient motiver plus d’un à adopter au quotidien cette épice possède un puissant alcaloïdes : la pipérine. Ses vertus et bienfaits.

poivre noir frais

Le poivre noir est un puissant antioxydant

Comme le curcuma, le poivre noir renferme plusieurs antioxydants puissants, et s’avère efficace pour combattre les radicaux libres et faire baisser le stress oxydatif, considéré en partie responsable de certains cancers.

Le poivre noir améliore la digestion

Le poivre noir, de par la pipérine qu’il contient, stimule la sécrétion des sucs pancréatique, biliaire et gastrique, et agit ainsi sur l’absorption des nutriments par le système digestif. De plus, le poivre noir s’avère particulièrement efficace pour l’absorption des vitamines du groupe B et également du bêta-carotène. Toutefois, cette épice est déconseillée aux personnes souffrant d’irritation de muqueuses digestives.

Le poivre noir est antiseptique

Des recherches en laboratoire ont mis en évidence les vertus bactéricides du poivre noir. Il serait également anti-inflammatoire et stimulerait la mémoire. L’efficacité du poivre noir contre les bactéries Klebsiella pneumoniae, micrococcus roseus, pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus est également prouvée.

Le poivre noir, une aide-minceur

Le poivre noir a également la capacité de favoriser la perte de surplus graisseux. Effectivement, cette épice noire à la saveur piquante aurait une action inhibitrice sur les cellules qui emmagasinent les lipide, en favorisant la production de chaleur par l’organisme, et ainsi de brûler les calories.

Le poivre noir, ses autres vertus méconnues

Le poivre noir aurait des effets apaisants sur le vitiligo (dépigmentation de la peau) lorsqu’il est utilisé en application externe. D’autre part, grâce à sa capacité à dilater les vaisseaux sanguins des organes sexuels, le poivre noir serait un aphrodisiaque plutôt intéressant. De par son action pour renforcer le système immunitaire, cette épice permettrait également de prévenir certains cancers. A noter qu’elle agit efficacement contre les troubles anxieux et dépressifs.

Aller plus loin ?

Voir aussi les vertus intéressantes de l’huile essentielle de poivre noir.

Le chardon marie, une plante alliée du foie

Le chardon marie, une plante alliée du foie

chardon marieNom botanique : Silybum marianum L.
Famille : astéracées
Origines : Afrique, Asie, Europe méridionale
Parties utilisées : fruits mûrs séchés, et feuilles

Description botanique :
Plante biennale, le chardon-marie est caractérisé par ses longues tiges, ses feuilles marbrées de blanc, ses grands capitules à bractées épineuses, et ses grosses fleurs de couleur pourpre. Le chardon-marie pousse très bien en terrain sec et rocailleux, à moins de 700m d’altitude, en Afrique,  en Asie et également en Europe méridionale. La période de floraison se situe entre juin et août, selon les régions. A noter que le fruit du chardon-marie est constitué de trois principaux éléments, dont la silybine, la silydianine et la silychristine, qui lui valent des vertus hépato-protectrices très intéressantes. Le chardon-marie est également appelé le chardon argenté, chardon marbré, le lait de Notre Dame, Silybe de Marie, ou encore épine blanche.

Propriétés et vertus du chardon marie

Le fruit du chardon-marie possède des vertus hepato-pretectrices puissantes. Il est aussi antioxydant, anti-spasmodique, cholagogue et cholérétique, et hypo-tenseur. Les feuilles sont quant à elles cholagogue et cholérétique. Le chardon-marie agit positivement sur toute la sphère digestive : troubles du foie, dont la cirrhose, les crises de foie, les crampes digestives, la jaunisse et la dyspesie ; contre l’insuffisance hépatique, l’hépatite virale ou médicamenteuse (en cas de chimiothérapie par exemple) ; pour traiter les calculs biliaires ; mais également pour limiter les règles abondantes, ou encore en cas de dépression.  Le chardon-marie intervient également sur la sphère cardio-vasculaire, notamment pour soulager les hémorroïdes et les varices. Enfin, elle est aussi intéressante pour les soins de la peau.

Utilisations du chardon marie

Il est possible d’utiliser le chardon-marie en usage interne ou externe. Dans la plupart des cas, sauf pour le traitement des problèmes cutanés, la plante s’utilise en interne sous forme de tisane, de gélules ou de teinture. A noter que les formes « alcoolature » ou extraits liquides sont plus préconisés en raison de la difficulté de solubilité de la silymarine dans l’eau. Il existe également des formes galéniques dépourvues d’alcool (en cas de contre-indication), comme les extraite aqueux.

Précautions d’emploi du chardon marie

L’utilisation du chardon-marie ne présente pas de contre-indications connues, ceci dit les femmes enceintes et allaitantes doivent préalablement demander conseil à un médecin. Certaines personnes peuvent présenter une allergie à certains composants de la plante. Le chardon-marie peut présenter d’éventuels effets secondaires, comme les troubles gastro-intestinaux mineurs (léger laxatif). Pour les personnes diabétiques, il faut savoir que la silymarine diminue la résistance à l’insuline.

Aller plus loin ?

D’autres plantes sont très intéressantes pour protéger le foie, notamment le pissenlit.

Le pissenlit, une plante médicinale protectrice du foie

Le pissenlit, une plante médicinale protectrice du foie

Le pissenlit est loin d’être une mauvaise herbe!

Utilisé depuis la nuit des temps, le pissenlit (Taraxacum officinale) est une plante comestible possédant de multiples vertus pour la santé.

pissenlit

Le pissenlit comme plante comestible

Riche en nombreux nutriments, le pissenlit est un véritable trésor de la nature. Avec des feuilles dentelées riches en β-carotène et en vitamine C, le pissenlit se prête volontairement dans la composition d’une bonne salade avec un peu de citron et un filet d’huile d’olive. Outre sa capacité à accompagner nos repas, cette plante se consomme également en tisane de feuilles ou racines, sous forme séchée.

Les Propriétés du pissenlit

L’appellation de la plante du nom de « pissenlit » fait référence à ses propriétés diurétiques. Idéale pour traiter les problèmes de rétention d’eau comme les jambes lourdes ou les pieds gonflés, les phytothérapeutes recommandent la racine du pissenlit pour une efficacité maximale. Celle-ci, recommandée par de nombreux praticiens en cure de printemps, peut se consommer de différentes manières, sous forme de teinture-mère ou en décoction. On peut également faire des tisanes à partir des feuilles, préalablement séchées. L’intérêt de la tisane de pissenlit réside entre autres dans son goût amer, encourageant la production de la bile dans notre organisme. Le pissenlit détoxifie aussi l’organisme et permet au foie de mieux fixer les besoins en énergie, et à améliorer ses fonctions hépatiques et biliaires. Il soulage les affections digestives mineurs, le manque d’appétit,  les troubles urinaires, et préviens les risques de calculs rénaux. Enfin, le pissenlit permet de réduire les douleurs de rhumatismes.

Recette de tisane de feuilles de pissenlit

La récolte des feuilles se fait au printemps, avant la floraison. Après séchage des feuilles de pissenlit, les plonger dans l’eau bouillante, puis laisser infuser une dizaine de minutes.
Proportions : ½ litres d’eau pour 30 grammes de feuilles. Boire 3 tasses par jour. Ne pas dépasser 10g, 3 fois/jour.

Recette de vin de pissenlit

Pour préparer du vin de pissenlit maison, il faut cueillir environ 200 grammes de fleurs de pissenlit. Pour un vin aux propriétés optimales, il est conseillé de cueillir les pétales pendant les jours où les fleurs sont les plus ouvertes. Et pour garantir la fermentation dans le vin, il est important d’éliminer tous les morceaux verts de la tige du pissenlit.

Phase de macération 

Dans un saladier en verre, placer les 200 g de fleurs de pissenlit, et verser dessus 2 litres d’eau bouillante. Couvrir avec un linge propre, et placer le récipient dans un endroit sombre, laisser macérer pendant 2 jours.

Phase de cuisson

Filtrer le macérat, puis et ajouter un demi jus de citron et le zeste d’une oranges non traitée. Porter le tout à ébullition. Retirer la préparation du feu, puis filtrer de nouveau. Faire bouillir à nouveau le mélange en y ajoutant le jus d’une orange et d’une citron (non-traités), les zestes de ceux-ci et 500 g de sucre. Laisser bouillir à nouveau le mélange ½ heure, puis le transvaser dans un saladier. Laisser refroidir, puis ajouter un sachet de levure sèche. Couvrir le récipient d’un linge propre en coton (pour laisser passer l’air), puis faire macérer le mélange pendant environ 3 semaines dans un endroit sombre. Penser à éliminer les bulles d’air en le remuant le mélange chaque jour. Le vin est prêt lorsqu’il n’y a plus de bulles.

Phase de repos

Filtrer à nouveau, puis verser le vin dans des bouteilles stérilisées. Ce vin en bouteille se conserve dans un endroit sombre ou à la cave. A noter qu’il faut le conserver environ 3 mois avant consommation pour obtenir un vin de pissenlit de qualité.

Les autres plantes à cueillir au printemps ?

L’ortie

Le plantain

Les fleurs de sureau

Les pâquerettes, le romarin et les bourgeons de pin.

L’aspérule odorante

L’aspérule odorante

aspérule odoranteNom botanique : Galium odoratum
Famille : rubiacées ( Rubiaceae )
Origines : Europe, Afrique du Nord, Sibérie
Parties utilisées : sommités fleuries

Description botanique : Appelée aussi reine des bois, muguet des bois, belle étoile, gaillet odorant, petit muguet ou encore thé suisse ; l’aspérule odorante est une plante vivace d’une hauteur d’une dizaine à une trentaine de centimètres. Elle est caractérisée surtout par ses feuilles vert foncé en forme d’étoile. Ses fleurs blanches forment des clochettes, puis des fruits de petite taille, qui sont quant à eux, constitués de poils crochus. Cette plante pousse en grande quantité dans des milieux à mi-ombre, la floraison a lieu mai et juin.

Propriétés de l’aspérule odorante

L’aspérule odorante est plante très parfumée qui s’utilise depuis de nombreuses années pour des fins thérapeutiques. Elle est connue pour ses vertus tranquillisantes et antistress. Cette plante, de par ses bienfaits sédatifs, agit également positivement sur le sommeil et permet de vaincre les insomnies. Elle s’utilise aussi comme stimulants pour l’appareil digestif, en agissant sur les ballonnements et la digestion difficile. Diurétique, elle aide l’organisme à se débarrasser des toxines. Caractérisée par ses effets adoucissants, l’aspérule odorante calme le système nerveux. Son usage constitue aussi le secret d’un bon fonctionnement du foie.  Enfin, l’aspérule odorante agit comme anticoagulant sanguin, elle est efficace pour soigner les phlébites. Antispasmodiques et apaisante, elle calme les palpitations. De plus, elle est fortement conseillée contre les maux de tête, les vertiges et les névralgies.
Par ailleurs, l’aspérule odorante peut s’utiliser comme collyre contre les conjonctivites et les blépharites. Elle est aussi efficace sur les enflures, les plaies et les abcès.

Utilisation de l’aspérule odorante

Cette plante est destinée aussi bien à l’usage interne qu’externe. Elle peut se prendre sous différentes formes, comme les infusions et le collyre.

Quelques recettes à base d’aspérule odorante

Tisane d’aspérule odorante : pour une tasse d’eau frémissante, ajouter 50 g de fleurs et laisser infuser une dizaine de minutes.

Pour soigner les plaies et les abcès, il suffit d’y appliquer directement la fleur fraîche.

Précautions d’emploi de l’aspérule odorante

L’aspérule odorante ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes, quel que soit le mode. Elle doit être consommée à petites doses pour limiter ses éventuels effets indésirables, notamment les maux de tête, les vertiges et la somnolence.

Recette de sirop et de tisane d’hibiscus

Recette de sirop et de tisane d’hibiscus

Comment faire soi-même un sirop d’hibiscus ?

Couramment utilisé en Afrique du sud, l’hibiscus ou carcadet porte également les noms de « bissap » ou « thé de karkadé » ou encore « zobo », selon les régions d’afrique. Du temps des égyptiens, c’était aussi la boisson fétiche des pharaons.

recette sirop d'hibiscus
L’hibiscus – sabdariffa rouge – se caractérise entre autres par son taux élevé en anthocyane, le pigment végétal rouge. Il est également riche en potassium, magnésium et sodium, en fer, en calcium et en zinc. Le jus d’hibiscus a des propriétés antifongiques, antimicrobiennes, et hypotensives. Sa teneur en carotène lui confère un puissant pouvoir antioxydant. Il permet de lutter efficacement contre les marques du temps. C’est également un purificateur pour le sang, car il limite la formation de caillot dans le sang ; il permet de lutter efficacement contre les maladies cardiovasculaires et hépatiques. Il agit sur l’organisme tout en réduisant le taux de glycémie, le cholestérol et les triglycérides. Cette plante est très utile chez les patients hypertendus, sachant qu’elle permet de réduire la pression artérielle. De plus, il permet de limiter les troubles du foie et favorise une meilleure digestion. De par sa forte concentration en vitamine C (plus que l’orange), l’hibiscus donne de la vitalité. Dépuratif et légèrement diurétique, il aide l’organisme à se débarrasser de ses impuretés, et agit efficacement contre le diabète.

Recette de sirop d’hibiscus

Pour environ 1 litre de sirop :

Faire bouillir 500ml d’eau, couper le feu, puis plonger 4 cuillerées à soupe de fleurs d’hibiscus séchées dans l’eau bouillante. Couvrir et laisser infuser pendant 12h. Filtrer, en pressant les fleurs pour en récupérer les principes actifs.
Procéder à une deuxième infusion : ajouter 500ml d’eau à l’infusé d’hibiscus précédemment obtenu. Mettre sur le feu, et ajouter 600 g de sucre en poudre. Porter à ébullition et laisser prendre le sirop de sucre, jusqu’à obtenir une température de 105°.

Verser le sirop immédiatement dans une bouteille en verre, puis la fermer. Ceci permet la stérilisation immédiate.

Les utilisations du sirop d’hibiscus ?

On peut le boire comme un sirop, dilué avec de l’eau. On peut également verser un peu de sirop dans les yaourts ou fromages blancs, dans les gâteaux ou sur les crêpes.

Recette d’infusion d’hibiscus

Le « thé rouge » peut être bu à chaud ou à froid.

Dans un récipient contenant 750 ml d’eau, ajouter deux cuillères à soupe de fleurs d’hibiscus. Laisser infuser pendant cinq à dix minutes.

Il est aussi possible de préparer la plante avec de l’eau froide. Il faut, pour ce faire, y laisser infuser la plante pendant plusieurs heures, voire une nuit. Prendre 2 ou 3 tasses d’infusion au quotidien.

Consultez également cette recette de boisson rafraîchissante menthe-hibiscus.

Précautions d’emploi

S’assurer, avant les préparations, que la plante choisie est bien de la variété Hibiscus sabdariffa. A noter que d’autres types d’hibiscus peuvent être dangereux pour la santé, comme l’hibiscus d’ornement des jardins.