L’églantier commun, ses fleurs et ses cynorrhodon

L’églantier commun, ses fleurs et ses cynorrhodon

L’églantier, qui n’a pas déjà vu, jonchés sur le sol au printemps, tous ces jolis pétales roses et blancs en forme de cœur, et délicatement parfumés ? Si tel est le cas, il se pourrait bien que l’églantier ne soit pas très loin. Le rosier sauvage, « Rosa Canina » de la famille des Rosacées, est présent peu partout sur les chemins, aux abords des bois et des fourrés. Après la floraison, l’églantier forme des petites baies rouges de forme allongée, appelées cynorrhodon. Ces fruits contiennent des petits fruits poilus, les akènes. On les appelle communément les « poils à gratter » ou « gratte-cul » , et ce n’est pas pour rien car ils sont très irritants. L’églantier porte également le nom de « rosier des chiens », car ses racines auraient soigné la rage des chiens à une époque lointaine. Voici comment utiliser cette plante sauvage dont les fruits comme les fleurs se consomment.

l'églantier

En savoir plus sur le cynorrhodon, la baie de l’églantier

Une fois débarrassés de leurs poils, les akènes, ces petits fruits consommés frais possèdent une pulpe acidulée extrêmement riche en vitamine C, en flavonoïdes et en carotène. De par cette richesse nutritionnelle, il est fort intéressant dans le traitement des pathologies infectieuses, tant sur le plan prévention que curatif. Le cynorrhodon a un fort pouvoir anti-infectieux, anti-toxique, anti-allergique et vermifuge (par la consommation des akènes), renforce le système immunitaire et soulage l’asthénie. Il est aussi fabuleux en cas de diarrhée et soulage les nausées. Ce fruit peut se consommer frais, avec ou sans ses akènes. Il s’utilise également sous forme de tisane, et peut également être séché puis réduit en poudre dans un moulin à légumes. On le consomme également cuit, en confiture ou en purée.

l'églantier cynorrhodon

Quelques notions sur la confiture de cynorrhodon

Certaines recettes de confiture suggèrent de le débarrasser de ses akènes et de leurs poils au préalable. C’est notamment nécessaire lorsqu’il s’agit de baies encore fermes et fraîches, et ce pour éviter d’irriter le système digestif. il faut alors s’armer de beaucoup, beaucoup de patience pour l’égrenage et l’épilation. C’est fastidieux, oui, mais cette fabuleuse petite baie se mérite ! On peut également choisir des baies bien mûres qui se cueillent après les premières gelées. Dans ce cas, on peut cuire la baie toute entière, après les avoir bien lavées et débarrassées de ses insectes.

Comment utiliser la fleur de l’églantier ?

Les fleurs de l’églantier peuvent être consommées crues mais en petite quantité dans les salades, car elles sont légèrement laxatives. On peur aussi les utiliser pour parfumer délicatement les sauces, vinaigrettes et huiles aromatiques. Le macérat huileux de pétales, très adoucissant, offre pour sa part une belle alternative au soin des peaux à problèmes. Sous forme d’infusion, elles parfument délicieusement les tisanes. Cuites, elles se dégustent en sirop, en gelée ou en confiture. Un pur délice, mais cependant il faut beaucoup, beaucoup de pétales pour faire une confiture ou une gelée, et il est recommandé de cueillir ces subtiles fleurs avec modération. Pour ma part, je ne cueille que les pétales pour laisser les pistils aux abeilles qui en raffolent.

Recette de macérat de fleurs d’églantier

Il est possible d’utiliser cette recette de macérat de pâquerettes à la rose, en remplaçant simplement les pétales de rose par des pétales d’églantier.

Les précautions d’emploi ?

Il n’y en a pas de connues. Toutefois, la fleur consommée crue est légèrement laxative. Il est plus prudent de la consommer en petite quantité ! Pour la cueillette, un conseil est de porter des gants pour éviter les écorchures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.