Les huiles essentielles peuvent-elles faire barrière au coronavirus Covid-19 ?

Les huiles essentielles peuvent-elles faire barrière au coronavirus Covid-19 ?

Panique à bord, à l’heure du confinement en France et dans de nombreux autres pays, on entend beaucoup de propos sur la prévention et la guérison du coronavirus Covid-19, aussi bien dans les médias que de bouches à oreilles. Il n’est pas simple de se faire sa propre opinion. Cependant si le gouvernement impose le confinement, c’est qu’il ne faut pas prendre cette pandémie à la légère. Les chiffres deviennent de plus en plus édifiants… Pour l’heure, le site de la santé publique avance plus de 16 000 cas confirmés et 600 décès en France. A retenir tout de même que la maladie est bénigne dans 80 % des cas, avec un taux de mortalité très faible en France, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Mais dans tout ça, on me pose souvent la question de l’utilité des huiles essentielles dans la prévention du virus. Qu’en est-il ?

En savoir plus sur les coronavirus

Les coronavirus forment une grande famille de virus. Chez l’être humain, ils peuvent être à l’origine de plusieurs pathologies respiratoires, allant du simple rhume, banal et anodin, à une infection de type pulmonaire beaucoup plus grave, provoquant une détresse respiratoire aiguë et pouvant entraîner la mort dans certains cas graves.

Apparu en Chine début décembre 2019, le Covid-19 est un virus d’origine animale qui se transmet aux êtres humains, avec une transmission interhumaine et environnementale très rapide. Il provoque, dans les cas extrêmes, une maladie infectieuse des voies respiratoires (pneumopathie). A l’heure actuelle, on peut dire que la pandémie du Covid-19 est bien plus importante que l’épidémie de SRAS de 2003.

Rappelons que, comme tous les autres coronavirus connus (Le SRAS coronavirus de 2003 en provenance de Chine, le MERS, coronavirus de 2012 en provenance du Moyen-orient, Etc.), le coronavirus Covid-19 est un virus à structure « enveloppée », ce qui signifie qu’il possède une enveloppe externe, une membrane qui le rend plus résistant au processus naturel de défense généré par notre système immunitaire. Par contre, cette structure enveloppante et protectrice rend le virus vulnérable face aux actifs liposolubles et volatiles des huiles essentielles. On parle entre autres de lhuile essentielle de laurier noble, qui a fait l’objet d’études en 2008, et où son efficacité contre l’épidémie du SARS-CoV de 2003 aurait été mise en évidence.

Intéressée, je me suis penchée sur cette étude, tout en prenant comme références plusieurs experts reconnus dans le domaine de l’aromathérapie.

Pierre Franchomme : chercheur français, aromatologue et pharmacologique

Ma première référence est Pierre Franchomme : chercheur français, aromatologue et pharmacologique, auteur de référence et conférencier, qui fût pionnier dans les années 75 dans le domaine des huiles essentielles médicinales. On peut presque affirmer qu’il a posé les bases de la pharmacologie aromatique, en collaboration avec des instituts de renom tels que l’Institut Pasteur de Paris, la Faculté de médecine de Toulouse, ou encore le CNRS. J’ai écouté avec intérêt sa conférence sur «  Les huiles essentielles face aux virus et maladies ».

Une étude effectuée en 2008 sur l’efficacité de l’huile essentielle de laurier noble contre le SARS-CoV

Cette fameuse étude a été réalisée en 2008, sous la direction de Monica R. Loizzo de la faculté de Pharmacie de Calabre. Cette étude a mis en évidence l’efficacité de l’huile essentielle de laurier noble – in vitro – sur les virus SARS-CoV (l’épidémie de 2003) et également sur virus de l’herpès HSV-1. Pierre Franchomme recommande pour sa part cette huile essentielle par voie rectale pour les personnes à risque, car les molécules de l’huile essentielle passerait directement dans la veine hémorroïdaire, sans passer par le foie. Par ce mode d’administration, il la préconise sous forme de suppositoires, qui pourraient être préparés en pharmacie . Il suggère également une utilisation par voie cutanée, sur la plante des pieds (on en apprend d’avantage en écoutant sa conférence sur YouTube proposée plus haut). Attention toutefois : pas d’auto-médication sans avis médical, ces suggestions sont à valider bien sûr auprès d’un spécialiste de la santé.

Théophane de la Charie et son équipe d’experts de la Compagnie des Sens

Théophane de la Charie et son équipe d’experts de la Compagnie des Sens (composée de pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes), met lui aussi en lumière cette étude, ainsi qu’une thèse soutenue en 2019 par Madame ZITI-FREVILLE Nawel : « L’aromathérapie anti-infectieuse est-elle une alternative essentielle à l’officine ? ». Dans son article « Les huiles essentielles peuvent-elles agir contre le coronavirus », il préconise certaines huiles essentielles plutôt préventives, pour renforcer le système immunitaire, telles que le ravintsara, le tea-tree, et l’eucalyptus Radiata. Dans son article très intéressant, Théophane propose des mélanges à diffuser, et une recette de solution désinfectante pour les mains.

Aude Maillard, docteur en pharmacie et aromatologue

Aude Maillard, docteur en pharmacie et aromatologue (une de mes principales références bibliographiques), préconise à ton tour « quatre huiles essentielles pour faire barrière au coronavirus ». Elle suggère tout d’abord un protocole de mesures naturelles pour « réveiller » son système immunitaire : un bon sommeil, les vitamines nécessaires, la purification du foie, une alimentation saine, et la détente du système nerveux. En terme d’huiles essentielles préventives, Aude Maillard préconise pour sa part les huiles essentielles de laurier noble, de ravintsara, de tea-tree, et de thym à linalol. Dans son article, les précautions d’emploi sont très bien expliquées, et elle donne des doses à respecter en fonction de l’âge.

Ma petite touche personnelle…

Pour ma petite touche personnelle, j’ajoute à la liste l’huile essentielle de saro, du nom malgache «  Mandravasarotra » qui signifie en malgache « surmonte toutes les difficultés ». Cette huile essentielle est bien moins connue que son cousin le ravintsara, mais elle reste très efficace également pour booster le système immunitaire. Je l’utilise en ce moment tous les jours par voie cutanée, en complément de l’huile essentielle de ravintsara et de tea-tree que j’utilise en diffusion.

Conclusion

Sans prétention, et bien sûr sans pouvoir s’avancer sur l’efficacité des huiles essentielles pour éradiquer le Covid-19, cela ne coûte rien de se prémunir avec une trousse d’huiles essentielles, à utiliser à titre préventif.  Il faut également faire en sorte de préserver son système immunitaire en restant en forme. L’alimentation saine et riche en vitamine C, la détoxification du foie, l’exercice physique, la vitamine D et la lumière, et surtout : éviter le stress généré entre autres par la peur !

Mises en garde

Avant tout, il faut suivre de manière rigoureuse les recommandations du ministère de la santé et du gouvernement. Rappel des précautions d’emploi : surtout pas d’auto-médication sans maîtriser au minimum l’utilisation des huiles essentielles et en connaître la toxicité. Lire aussi cet article de recommandations importantes.

Note : ces conseils ne constituent en aucun cas un manuel d’exécution ni une référence médicale, et ne peuvent remplacer l’expérience et le savoir-faire d’un professionnel. Ils ne peuvent remplacer ou se substituer à un traitement médicamenteux, un dépistage ou à une consultation chez un professionnel de la santé. Les huiles essentielles peuvent présenter des risques de toxicité. En cas de pathologie lourde ou chronique, traitement parallèle, allergies, intolérance, enfant en bas âge, personnes âgées ou grossesse, veuillez consulter un spécialiste avant toute utilisation d’une huile essentielle, quelle qu’elle soit. Je décline toute responsabilité quant aux effets potentiels d’une utilisation non adaptée et des risques encourus par l’auto-médication.

Les commentaires sont clos.